Focus sur Juliette Passilly

Juliette, tu es doctorante en cotutelle avec l’université du Québec à Montréal et CY. Peux-tu nous parler de ton parcours ?

D’une formation initiale en pratiques des arts, je me suis ensuite réorientée vers la théorie des arts et l’histoire de l’art. Je me suis rapidement intéressée à la perception des objets, ses phénomènes et ses effets, ainsi qu’aux stratégies de création, diffusion et valorisation, tant dans les créations artistiques que dans la création de patrimoine. Mon lien avec le Canada a émergé grâce à mon travail de master à l’université de Tours, portant sur la reconversion des églises et le rapprochement avec la littérature québécoise, notamment les incontournables travaux de Luc Noppen et Lucie K. Morisset sur le sujet. En y interrogeant les méthodes actuelles de réhabilitation de ce patrimoine, ce travail m’a permis une première approche comparative des politiques publiques culturelles et patrimoniales. À la suite de l’échange universitaire en maîtrise de muséologie à l’université du Québec à Montréal lors de la dernière année de master, la poursuite de ce programme dans le cadre du doctorat en muséologie, patrimoine et médiation m’ouvrait la voie pour approfondir mes recherches de mémoire, non plus sur la réhabilitation à échelle d’un bâtiment, mais sur la requalification territoriale.

Mon travail de thèse a donc débuté cette année, dans le cadre d’une cotutelle entre les programmes de doctorat en patrimoine, médiation et muséologie de l’université du Québec à Montréal et de doctorat en anthropologie de CY Cergy Paris Université. Ce travail est mené sous la codirection de Lucie Morisset à l’université du Québec et supervisé par la codirection de Cécile Doustaly, ainsi que le co-encadrement de Véronique Dassié pour CY. Le sujet de thèse porte sur la requalification urbaine en contexte post-industriel et étudie les effets des politiques culturelles et de l’affection patrimoniale dans l’optique d’une proposition de revalorisation culturelle de la ville de Châteauroux. Le cadre de la cotutelle permet de croiser les expertises sur les questions des politiques patrimoniales internationales et d’ajuster la mise en perspective du cas castelroussin dans une optique comparative, tout en bénéficiant de la connaissance du terrain particulière de Véronique Dassié et du croisement des disciplines de l’anthropologie, de la muséologie et du patrimoine.

Ton travail de thèse mêle études patrimoniales et anthropologie. Pourquoi avoir choisi la ville de Châteauroux comme point de départ ?

La ville de Châteauroux, nouvelle métropole située dans un territoire rural en plein centre de la France, nous intéresse par la dualité de ses caractéristiques typologiques, entre la ruralité de la campagne berrichonne et l’urbanisation nouvelle de la métropole.

L’état transitoire de ce département, considéré comme une « campagne agricole et industrielle sous faible influence urbaine », perdure depuis les années 1960, à la suite du départ de la communauté américaine en 1966, qui a agi comme un premier facteur d’affaiblissement du territoire. Puis les crises industrielles successives aux XXe et XXIe siècles ont accru ce déclin. La fermeture des sites, pour certains directement implantés en centre-ville, affecte autant le secteur économique que le secteur social et culturel, en modifiant radicalement la qualité et les habitudes de vie. Au total, l’activité industrielle était présente dans 85 % de ses communes rurales. En difficulté pour aboutir à une requalification de son territoire, cet état transitoire participe à créer un déficit d’image de l’héritage matériel et mémoriel auprès de ses habitants. L’agglomération de Châteauroux, la zone la plus urbaine du département, et ses habitants sont d’autant plus concernés par ce dualisme identitaire. À partir de cet exemple, nous envisagerons comment la notion de patrimoine universel est prise en compte par les habitants et les administrations territoriales, et comment elle intervient dans les processus de requalification (Doustaly, 2008).

Ancienne manufacture de Tabac, centre-ville de Châteauroux.

Les approches anthropologiques de cette étude patrimoniale tendent à questionner les valeurs identitaires au travers desquelles se reconnaissent les populations locales. L’approche du patrimoine « cadre de vie » sera au cœur de la réflexion sur la conscientisation et la valorisation patrimoniales, dans un principe de mobilisation des populations comme ressources. Le but est ici d’améliorer autant la vie quotidienne que le développement de l’attractivité du territoire. L’idée est de faire participer les habitants en libérant leur potentiel de créativité, en favorisant un sentiment d’appartenance et de réappropriation des objets patrimoniaux par leur implication. Cette conception du patrimoine est de fait particulièrement adaptée aux territoires difficiles, marginalisés ou dévitalisés et notre réflexion est motivée par son actualité au regard de notre contexte social actuel : un besoin global d’un retour au local et à un mode de vie de proximité – qui s’est clairement accru depuis ces dernières années – s’est affirmé pendant la pandémie.

Ce travail permettra donc d’expérimenter l’applicabilité et la mise en œuvre des pratiques de co-construction sur une ville française. Les défis de ce sujet se dessinent notamment autour de l’articulation de la somme des différents acteurs, de leur regard et de leur intérêt propre, tant individuels qu’institutionnels. Alors, vers quelles conceptions et plasticités patrimoniales s’orienter pour une restructuration adaptée à son territoire, et durable ?

Comment alors, dans cette dynamique, mobiliser le patrimoine comme levier de structuration sociale et citoyenne ? Peut-on imaginer un projet patrimonial de territoire comme une idée commune à tous ses usagers, une idéologie du territoire ? Dans une tradition patrimoniale historiquement hiérarchisée, peut-on vraiment imaginer un modèle de construction linéaire ?

Notre travail s’oriente pour l’instant vers ces questions de recherche, auxquelles nous tenterons de répondre notamment grâce aux pratiques d’observation participante, et sera facilité par le fait que je sois moi-même originaire de ce territoire. Nous chercherons également à estimer le potentiel de la mobilisation d’outils relevant des pratiques de la co-construction patrimoniale : croisement des savoirs, des espaces de négociations, budgets participatifs…

Sujet de thèse : Requalification urbaine en contexte post-désindustriel : effets des politiques culturelles et de l’affection patrimoniale. Pour une proposition de revalorisation culturelle de Châteauroux, par Juliette Passilly, sous la dir. de L. Morisset et C. Doustaly.

Entretien réalisé par Vivien Barrière, maître de conférences en Histoire-Archéologie à CY Cergy Paris Université, chercheur et chargé de mission communication à Héritages.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search