Focus sur Laura Bontemps

Quel a été ton parcours avant le doctorat ?

Il n’est pas linéaire ! Après deux ans d’histoire de l’art, une mise à niveau en arts appliqués (MàNAA) et un diplôme des métiers d’arts (DMA) en céramique, j’ai intégré l’Institut national du patrimoine au département des restaurateurs, section ‘sculpture’. En 2017, j’ai obtenu mon diplôme de conservatrice-restauratrice du patrimoine.

Par la suite, je suis partie au Cambodge grâce à une bourse de recherche de la Fondation Carnot, avant de travailler deux ans en Égypte, comme conservatrice-restauratrice du Centre Franco-Égyptien d’Études des Temples de Karnak (CFEETK).

Pourrais-tu nous résumer les enjeux de ta thèse ?

Les archives des sites archéologiques sont une source précieuse d’informations. Néanmoins des lacunes existent dans la documentation des précédentes campagnes de conservation dans le complexe de Karnak : les archives photographiques peuvent alors nous aider.

L’objectif est de créer un protocole d’utilisation de photographies d’archives en photogrammétrie pour en retirer des données spatialisées. Le souci ? Ces photographies ne sont nullement faites pour la photogrammétrie : manque de recouvrement, qualité très variable, pas de données sur les appareils utilisés, typologies variées. Il faut donc imaginer un workflow efficace pour aboutir à des modèles 3D, desquels je peux ensuite retirer des informations nouvelles sur les précédents états d’altération er les restaurations antérieures.

Ces constats d’états « historisés » des photomodèles 3D du Kiosque de Taharqa et de la Chapelle Blanche de Sésostris Ier sont ensuite comparés à une photogrammétrie de leur état actuel. Ces modèles historisés constituent le socle pour le dernier axe de ma thèse, à savoir la formalisation d’une plateforme de corrélation de données spatialisées (annotations sémantiques, relevés épigraphiques, relevés d’altérations, d’analyses des matériaux, …) à développer, qui serait employée dans le cadre des travaux interdisciplinaire pour la conservation et l’étude des monuments du complexe de Karnak. Sans oublier dans cela la pérennité des (méta)données créées et/ou récoltées.

En quoi consistent tes missions sur le terrain ?

Trois activités principales m’occupent en mission : les campagnes de prises de vues pour la photogrammétrie, la reprographie des photographies du Kiosque et de la Chapelle conservées au CFEETK et enfin l’étude de leurs altérations et anciennes restaurations. C’est sur ce dernier point que se focalise la mission automne 2022. Je procède un peu comme lors d’une étude en conservation : étude sanitaire, relevés d’altérations (surface, structure de la pierre et du bâti), relevés des anciennes restaurations, photographies.

D’autres activités s’y additionnent, notamment la formalisation des besoins des disciplines coexistantes à Karnak pour l’accès aux données et leur visualisation lors de nos projets interdisciplinaires.

Sujet de thèse : “Développement de l’usage de l’Image Argentique en Photogrammétrie pour la Sauvegarde du patrimoine“, par Laura Bontemps, thèse soutenue par la Fondation des sciences du patrimoine et dirigée par Anne Lehoërff (PR CY) et François Guena (MAP).

Plus d’infos : http://www.sciences-patrimoine.org/projet/diapos/

Entretien réalisé par Vivien Barrière, maître de conférences en Histoire-Archéologie à CY Cergy Paris Université, chercheur et chargé de mission communication à Héritages.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search