Soutenance de Wendy Devilliers

© Wendy Devilliers – Manifestation étudiante à l’Université Complutense de Madrid à l’occasion du 25N (25 novembre 2019)

Wendy Devilliers soutiendra sa thèse
le vendredi 9 décembre 2022, à 14h
en salle des thèses aux Chênes 2 de CY Cergy Paris Université.

TITRE DE LA THÈSE

Que reste-t-il du 15-M? L’engagement politique et citoyen des jeunes dans les universités publiques madrilènes

DIRECTRice DE THÈSE

Isabelle Prat

RÉSUMÉ DE LA THÈSE

En un peu plus d’une décennie, l’Espagne a connu une série de crises, à échelle nationale comme internationale, liées à un contexte économique, politique et social instable. Ceci a conduit à un ensemble de transformations, issues principalement d’une remise en question par le peuple des modèles établis. L’irruption d’un mouvement social fort tel que le 15-M, l’apparition de nouveaux partis politiques et le renforcement des mouvements féministe et écologiste sont autant d’éléments qui nous invitent à nous interroger sur la place de la jeunesse dans ces transformations sociétales, et en particulier de la communauté étudiante, bien souvent au cœur de la mobilisation collective. Les étudiants issus des générations Y et Z ont grandi au milieu de cette période de crises successives, ce qui semble avoir contribué à forger leur esprit critique ainsi qu’à les rendre acteurs d’une forme plus visible de mobilisation collective. La crise sanitaire de 2020 vient perturber une fois de plus l’ensemble des paramètres économiques, politiques et sociaux du pays, contraignant le milieu étudiant à faire face à de de nouvelles difficultés, tout en leur donnant une opportunité de réinventer une forme de militantisme plus connectée, grâce à l’utilisation des réseaux sociaux. Ces derniers sont devenus des espaces d’interactions et de revendications indispensables dans le débat politique, tout comme dans l’organisation de mobilisations ou d’activités en lien avec des collectifs nationaux, internationaux, ou encore des associations étudiantes. Depuis le mouvement social du 15-M, la jeunesse semble donc délaisser les structures « traditionnelles » du militantisme telles que les partis politiques ou les syndicats, non plus par manque de convictions, mais au profit d’organisations associatives ou de mouvements sociaux à échelle mondiale. Dans ce contexte, le milieu universitaire et les organisations étudiantes qui en articulent les activités en-dehors des enseignements peuvent devenir des piliers importants de la participation citoyenne et des mouvements sociaux chez les jeunes. Bien que de nombreuses villes aient été le théâtre de ces élans de militantisme citoyen, Madrid reste l’exemple le plus visible, à la fois en raison de sa forte médiatisation et de son rôle de laboratoire d’initiatives démocratiques. Le sentiment d’abandon éprouvé par les jeunes à l’égard de la classe dirigeante a rapidement fait place à de la colère et à une volonté de trouver une alternative politique viable. Au moment des élections, les candidats doivent redoubler d’efforts pour attirer l’électorat jeune, qui semble se lasser rapidement et éprouver un besoin d’être représentés par des personnalités qui leur ressemblent. Notre travail consiste à déterminer dans quelle mesure les revendications portées par les différentes formes d’action collective issues du milieu étudiant contribuent à modeler le panorama politique et social espagnol. Il s’agira tout d’abord de démontrer que le milieu étudiant est un catalyseur de critique à l’égard de la classe politique, devenu plus visible grâce aux mobilisations massives du mouvement social du 15-M. Nous analyserons ensuite le rôle des revendications et de la mobilisation de la jeunesse étudiante dans la diversification des partis politiques. Enfin, nous évaluerons les perspectives de la mobilisation étudiante dans ce panorama politique et social en pleine transformation, à travers l’exemple des associations universitaires.

RÉSUMÉ DE LA THÈSE EN ANGLAIS

In a bit more than a decade, Spain has experienced a series of crises, both national and international, linked to an unstable economic, political and social context. This has led to a series of transformations, mainly as a result of the people questioning established models. The emergence of a strong social movement such as the 15-M, the appearance of new political parties and the strengthening of the feminist and environmental movements are all elements that invite us to question the place of youth in these societal transformations, and in particular the student community, which is often at the heart of the collective mobilization. The generations Y and Z’s students have grown up in the midst of this period of successive crises, which seems to have contributed to forging their critical spirit as well as making them actors in a more visible form of collective mobilization. The health crisis of 2020 has once again disrupted the economic, political and social parameters of the country, forcing the student community to face new difficulties, while at the same time giving them an opportunity to reinvent a more connected form of activism, through the use of social networks. The latter have become spaces for interaction and demands that are indispensable in the political debate, as well as in the organization of mobilizations or activities in connection with national and international collectives or student associations. Since the 15-M social movement, young people seem to be abandoning the “traditional” structures of militancy such as political parties or trade unions, not because of a lack of convictions, but in favor of associative organizations or social movements on a global scale. In this context, the university environment and the student organizations that articulate its activities outside the classroom can become important pillars of youth civic participation and social movements. Although many cities have been the scene of such citizen activism, Madrid remains the most visible example, both because of its high media profile and its role as a laboratory for democratic initiatives. The feeling of abandonment by young people towards the ruling class quickly gave way to anger and a desire to find a viable political alternative. At election time, candidates must redouble their efforts to attract the young electorate, which seems to be rapidly tiring and in need of representation by like-minded individuals. Our work consists in determining to what extent the demands made by the different forms of collective action that have emerged from the student community are contributing to shape the Spanish political and social panorama. Firstly, we will demonstrate that the student sector is a catalyst for criticism of the political class, which has become more visible thanks to the massive mobilizations of the 15-M social movement. Secondly, we will analyze the role of the demands and mobilization of student youth in the diversification of political parties. Finally, we will evaluate the perspectives of student mobilization in this political and social panorama in full transformation, through the example of university associations.

COMPOSITION DU JURY
  • Jaime Céspedes, maître de conférences, Université d’Artois, rapporteur
  • Pierre-Paul Gregorio, professeur des universités, Université de Bourgogne, examinateur
  • Manuelle Peloille, professeur des universités, Université d’Angers, rapporteure
  • Isabelle Prat, professeur des universités, CY Cergy Paris Université, directrice de thèse
  • Carole Viñals, maîtresse de conférences, Université de Lille, examinatrice

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search