Soutenance d’Eva-Rosa Ferrand-Verdejo

Photogramme issu de Post Mortem, Pablo Larraín, 2010.

Eva-Rosa Ferrand-Verdejo soutiendra sa thèse
le samedi 10 décembre 2022, à 14h
en salle des thèses aux Chênes 2 de CY Cergy Paris Université.

TITRE DE LA THÈSE

L’esthétique du trauma : le jeune cinéma chilien et la mémoire de la dictature

cODIRECTRICES DE THÈSE

Julie Amiot-Guillouet, CY Cergy Paris Université
Michele Aaron, université de Warwick

RÉSUMÉ DE LA THÈSE

Après le coup d’État du 11 septembre 1973, et jusqu’au début du XXIe siècle, la mémoire filmique de la dictature chilienne demeurait auprès de cinéastes qui avaient fait l’expérience directe de ces dix-sept années d’autoritarisme et qui, pour la plupart, vivaient en exil. Jusqu’à la fin de la dictature, leur cinéma était un travail de mémoire et de résistance, centré sur les victimes et duquel, souvent, les paroles des bourreaux étaient exclues. Cependant, le nouveau siècle a vu surgir de nouveaux cinéastes, des individus nés sous le régime militaire et dont l’expérience de la dictature pendant leur enfance et adolescence les pousse à appréhender le passé du pays d’un point de vue différent, et au moyen de techniques cinématographiques différentes. Les cinéastes qui sont au cœur de ce travail sont tous nés après 1973 et ont tous commencé à produire après 1990 : en fin de compte, ils sont les enfants de la dictature et les cinéastes de la démocratie – une sorte de génération transitionnelle. En ce sens, ils sont à l’origine d’une représentation critique de la dictature et de la démocratie, au point où la limite entre les deux périodes devient floue : ceci rend compte de la remise en question du concept de « transition démocratique » dans le contexte chilien, tout comme d’une tentative de représentation des symptômes du trauma Interprétés dans cette thèse à travers le prisme du cinéma post-traumatique, les films de notre corpus réfléchissent aux continuités du système dictatorial en démocratie, à la fois qu’ils fournissent une métaréflexion sur les représentations de l’atrocité et du passé traumatique au cinéma. En ce sens, cette thèse proposera une lecture politique et éthique du travail de cette génération. L’adoption dans les films d’une esthétique du trauma est le fondement d’un discours éthique à propos de la responsabilité de chacun, dans le présent, vis-à-vis des horreurs du passé et du rôle social du cinéma et sa (non)représentation du trauma. Ainsi, les cinéastes invitent le spectateur à adopter une lecture éthique et critique des films. L’esthétique du trauma laisse donc la place suffisante au spectateur pour qu’il puisse participer au film, et cette participation active donne lieu à une auto-réflexion de la part du spectateur. En proposant une interprétation alternative aux lectures apolitiques qui ont abondé vis-à-vis de la production de ces cinéastes, cette thèse entend présenter le travail de cette génération comme une nouvelle approche du cinéma politique.

RÉSUMÉ DE LA THÈSE EN ANGLAIS

Following the coup that took place on September 11th, 1973, and until the beginning of the 21st century, the cinematic memory of the Chilean dictatorship rested in the hands of people who had directly experienced the Coup and the seventeen years of authoritarianism and who, for the most part, had fled into exile. Until the end of the dictatorship in 1990, theirs was a cinema of memory and resistance, focused on the victims and often silencing the executioners. However, the new century brought new filmmakers, people who grew up during the dictatorship and whose experience of it led them to film different stories from different points of view. The filmmakers in this thesis were all born after 1973, and all began producing after 1990: they are, in the end, children of the dictatorship and filmmakers of the democracy – a transitional generation of sorts. They produce a critical representation of both dictatorship and democracy, to the point where the limit between the two periods is no longer clear: this reveals a questioning of the concept of “democratic transition” in the Chilean context, as well as an attempt to represent the symptoms of trauma. Understood in this thesis as examples of post-traumatic filmmaking, the films of our corpus reflect upon the continuities of dictatorship in democracy. They also offer a meta-reflection on cinema’s representation of atrocity and the traumatic past. This dissertation will explore a political and ethical reading of this generation’s work. The adoption in the films of an aesthetics of trauma is the basis of an ethical discourse on both one’s accountability in the present for the horrors of the past and on the social role of cinema and its (non)representation of trauma. Through this, the films invite the viewer to engage in critical spectatorship. The aesthetics of trauma thus leave abundant space for the viewer to participate in the film, and this active participation allows for self-reflection on the viewer’s part. Offering an alternative reading to the apolitical interpretations of these filmmakers that have abounded, this thesis aims to present this generation’s work as a different approach to political filmmaking.

COMPOSITION DU JURY

  • Michele Aaron, professeur à l’université de Warwick, codirectrice de thèse
  • Julie Amiot-Guillouet, professeure à CY Cergy Paris Université, codirectrice de thèse
  • Bénédicte Brémard, professeure à l’université de Bourgogne, rapporteure
  • Yann Giraud, professeur à CY Cergy Paris université, examinateur
  • Berenike Jung, docteure à l’université de Southampton, examinatrice
  • Miguel Fernández-Rodríguez Labayen, professeur à l’université Carlos III de Madrid, examinateur
  • Karl Schoonover, professeur à l’université de Warwick, rapporteure
  • Emmanuel Vincenot, professeur à l’université Paris Est Marne la Vallée (Gustave Eiffel), examinateur

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search