Ananivi Hosé Koudouovoh

La femme bien-aimée est au cœur de l’œuvre romanesque de Pierre Jean Jouve. Image lointaine de sa mère pianiste, passionnée de musique, elle est le réceptacle de la charge affective libérée par le poète ; elle permet au romancier de mettre en forme musicalement son expérience du désir. Dès lors, ses personnages masculins deviennent plus clairs. Le héros jouvien retrouve l’unité d’une manière ou d’une autre grâce à la figure féminine.

Ananivi Hosé Koudouovoh est doctorant d’Héritages. Il travaille sous la direction de Claude Coste, professeur à CY Cergy Paris Université. Actuellement en 4e année de thèse, ses recherches portent sur la littérature française et comparée, avec pour sujet : Le Dialogue intérieur dans les romans de Pierre Jean Jouve. Son activité doctorale s’inscrit dans l’axe 2 d’Héritages, intitulé « Expériences, pratiques, acteurs dans les champs culturels et littéraires ».

Ananivi, tu fais actuellement partie du laboratoire Héritages au sein de CY Paris Université, pourrais-tu nous en dire un peu plus sur ton parcours ?

J’ai obtenu une maîtrise en lettres modernes en 2001 à l’université de Lomé au Togo, suivi en 2005 par un Diplôme d’études approfondies (DEA) en Espaces, langues et cultures du monde négro-africain dans la même université. De 2000 à 2018, j’ai enseigné le français dans les collèges et lycées de Lomé au Togo. Je suis par ailleurs poète : j’ai publié une vingtaine de recueils de poèmes en France et à l’étranger. 

Ta thèse a pour objet la littérature française de Pierre Jean Jouve. Sous quel angle analyses-tu l’œuvre de ce grand écrivain ?

Ma thèse porte sur un auteur certes bien connu, mais trop peu commenté de nos jours. Aucune recherche d’envergure n’a été conduite sur Jouve depuis plusieurs années. De manière générale, la première moitié du XXe siècle est négligée par les doctorants, au profit de l’extrême contemporain. J’étudie plus particulièrement comment est restituée la parole d’autrui dans l’œuvre romanesque de Pierre Jean Jouve après sa crise spirituelle de 1921-1924, le reniement de son œuvre antérieure à 1925 et le commencement de sa « vita nuova ». Bien que sa conversion poétique et spirituelle semble mettre fin au dialogue qu’il entretient avec ses proches, elle inaugure a contrario une nouvelle forme d’échange avec tous ceux avec qui il a en apparence rompu. Pour renouveler le dialogue avec autrui, le poète choisit cette fois-ci la forme romanesque, « scène mentale de son désir », plus adaptée que le théâtre pour exprimer le dialogue intérieur (ou endophasie).

L’influence d’autres écrivains (comme Charles Baudelaire qu’il vénérait, Romain Rolland dont il était le compagnon, le secrétaire puis l’exégète, ainsi que William Shakespeare, Anton Tchékhov, Luis de Góngora, Friedrich Hölderlin, Giuseppe Ungaretti, Mario Montale et Rabindranath Tagore – qu’il a traduit en français –),  de peintres (comme en témoignent ses monographies sur Eugène Delacroix, Gustave Courbet et Charles Meryon), de compositeurs (Le Don Juan de Mozart (1942) et Wozzeck d’Alban Berg (1964) ont été écrits en collaboration avec des musiciens), de la psychanalyse freudienne (il a traduit Trois essais sur la théorie de la sexualité avec sa deuxième épouse, la psychanalyste Blanche Reverchon-Jouve), des mystiques (notamment Saint Jean de la Croix, Saint François d’Assise, Catherine de Sienne et Sainte Thérèse d’Avila) et de la Bible lui permet de créer un dialogue romanesque entre des personnages, qui renvoie à un dialogue avec soi-même et avec Dieu, en vue de retrouver une voie/voix personnelle.

Mon travail de thèse se situe par ailleurs à la croisée de plusieurs disciplines. L’analyse du « dialogue intérieur » passe par la linguistique et l’analyse du discours, la narratologie (en plein renouvellement), la psychanalyse (dans son usage littéraire), la musicologie (Jouve est l’auteur de célèbres monographies sur Berg et Mozart) et la théologie chrétienne (essentielle pour comprendre le péché et la fascination qu’il exerce).

Quelle carrière envisages-tu après le doctorat ?

Je voudrais enseigner la littérature française à l’université de Lomé, qui manque de spécialistes dans ce domaine depuis la mort de mes anciens professeurs Janvier Amélavi Améla et Daniel Lawson-Body.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search