Soutenance de Philippe Bodénès

© Bataille du Cap Ortegal – Thomas Whitcombe

Philippe Bodénès soutiendra sa thèse
le mardi 7 décembre 2021, à 14h
en salle des conseils, site des Chênes 1 – 5e étage,
CY Cergy Paris Université.

Titre de la thèse

Les vaisseaux et les marins de la seconde compagnie des indes, ou l’histoire des contraintes et pressions commerciales, sociales, géopolitiques et scientifiques du temps (1719 – 1769)

Directeur de thèse

François Pernot, professeur à CY Cergy Paris Université

Résumé de la thèse

Le ministre Jean Frédéric Phélypeaux, comte de Maurepas, fixe dans un mémoire rédigé en 1737 des objectifs aux vaisseaux construits à Lorient. Il souhaite qu’ils naviguent quatorze ans et fassent six voyages au commerce.

Il n’en est rien. Nous avons regroupé les informations au sujet de 1594 voyages réalisés par les navires ayant portés les couleurs de la Seconde Compagnie des Indes. Nous considérons que les vaisseaux de la Compagnie ont, en réalité, réalisé une moyenne de 2,9 voyages et navigué 7,3 années au commerce. Pourquoi ?

Nous estimons que les financiers, les directeurs et les hommes d’état appliquent sur l’organisation une formidable pression de façon à rentabiliser les investissements consentis, année après année. Les contraintes et les pressions qui pèsent sur l’organisation se déclinent en plusieurs formes de dérèglements et provoquent des défaillances importantes. Afin d’en expliquer les mécanismes, nous positionnons l’humain au cœur de notre problématique.

Pour cette raison, nous décortiquons les mots et les maux des hommes de la Compagnie. Il nous semble que la mauvaise utilisation et le manque d’entretien sont responsables de la condamnation prématurée d’un grand nombre de vaisseaux. Fatigués, défectueux, détériorés par l’humidité, ils ne rentrent pas terminer leur existence dans un port français. Les perturbations géopolitiques et le manque de connaissances permettent certes d’expliquer en partie la disparition de navires mais les hommes embarqués ont eux aussi une part de responsabilité.

Résumé de la thèse en anglais

Minister Jean Frédéric Phélypeaux, Count of Maurepas, sets in a memorandum written in 1737 objectives for vessels built in Lorient. He wants them to sail fourteen years and make six trips to the trade.

It is not so. We have gathered information about 1594 voyages made by ships bearing the colors of the Second East India Company. We consider that the Company’s vessels have, in fact, made an average of 2.9 voyages and sailed 7.3 years in commerce. Why?

We believe that financiers, directors and statesmen apply tremendous pressure on the organization in order to make the investments made profitable, year after year. The constraints and pressures weighing on the organization come in many forms of disruption and cause major failures. In order to explain the mechanisms, we position humans at the heart of our problematic.

For this reason, we dissect the words and the evils of the men of the Company. It seems to us that misuse and lack of maintenance are responsible for the premature condemnation of a large number of vessels. Tired, defective, deteriorated by humidity, they do not return to finish their existence in a French port. Geopolitical disturbances and a lack of knowledge certainly partly explain the disappearance of the ships, but the men on board also have some responsibility.

Composition du jury
  • François Pernot, professeur, CY Cergy Paris Université, directeur de thèse
  • Caroline Le Mao, maîtresse de conférences, université de Bordeaux Montaigne, rapporteure
  • David Plouviez, maître de conférences, université de Nantes, examinateur
  • Olivier Grenouilleau, directeur de recherche, centres Roland Mousnier-Sorbonne-Université, examinateur
  • Brigitte Nicolas, conservateur en chef du patrimoine, directrice du Musée de la Compagnie des Indes, examinatrice
  • Pierrick Pourchasse, professeur, université de Bretagne Occidentale, rapporteur

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search