Mise en avant

Carnet des doctorants d’Héritages

Ce carnet est un espace d’échange, de publication et de valorisation des activités du laboratoire des doctorants de l’unité mixte de recherche (UMR) 9022 – Héritages : Culture/s, Patrimoine/s, Création/s, structure interdisciplinaire portée par CY Cergy Paris Université, le CNRS et le ministère de la Culture. Un espace d’échange pour nous, doctorants et jeunes chercheurs, car nous y diffuserons des informations sur les événements scientifiques et culturels de notre laboratoire, présenterons nos travaux et ceux de nos collègues via des entretiens et partagerons des ressources utiles dans une démarche d’accompagnement professionnalisant. Un espace de valorisation également, car nous y publierons des articles, des recensions, ainsi que les résultats de nos rencontres scientifiques.

Journée d’études « Voix silenciées, voix marginalisées »

Intervention de Camila Melo, doctorante d’Héritages

Corps silenciés et nouveaux discours : l’esthétique forensique dans le travail de Zahara Gómez sur les disparitions forcées au Mexique.

L’écrasante culture visuelle qui nous entoure favorise de plus en plus dans sa narration une surabondance d’images violentes, allant de l’« image pauvre » (c’est-à-dire de mauvaise qualité et d’origine douteuse) à la production professionnelle d’images documentaires, le plus souvent orientées vers un récit officiel qui oppose victimes et bourreaux.

Continuer la lecture de « Journée d’études « Voix silenciées, voix marginalisées » »

Colloque « L’esclavage colonial dans les musées européens : mises en récit et regards d’artistes »

Intervention de Nicola Lo Calzo, doctorant d’Héritages

Organisé les 7, 8 et 9 octobre 2021 au Musée Paul Eluard de la ville de Saint-Denis, ce colloque portera sur la mise en récit de l’esclavage dans les musées européens. Il réunira conservateurs et directeurs de musées, universitaires et artistes et entrera dans la programmation de l’événement AFRICA 2020 du Musée.

Programme du colloque

Séminaire « Survivances et fantômes du colonialisme au sein des sociétés contemporaines — activismes, recherches et dispositifs artistiques »

© Survivances et fantômes du colonialisme au sein des sociétés contemporaines (facebook.com)

Participation de Nicola Lo Calzo, doctorant d’Héritages

Dans le cadre de l’exposition « Ângela Ferreira, structures et gestes- Indépendance Cha Cha & #BucketsystemMustFall », le centre d’art Ygrec-ENSAPC et le Théâtre de La Commune vous invite au séminaire « Survivances et fantômes du colonialisme au sein des sociétés contemporaines —activismes, recherches et dispositifs artistiques ».
Chercheur.euse.s, artistes, étudiant.e.s et acteurs associatifs partagent leurs interrogations artistiques, culturelles et sociales inhérentes à l’œuvre d’Ângela Ferreira.

Le séminaire aura lieu les 17 et 18 septembre de 11h00 à 17h00 au Théâtre de La Commune à Aubervilliers.

Entrée gratuite sous réservation. Passe sanitaire obligatoire.

Exposition « La sagesse des lianes »

Image : Hawad, Tiswal, encre, 1990 © Hawad

Participation de Nicola Lo Calzo, doctorant d’Héritages

La sagesse des lianes
une exposition imaginée par Dénètem Touam Bona,
philosophe et dramaturge

Face à la montée du cyber-contrôle et à la dévastation en cours, où donc s’échapper aujourd’hui ?
Dénètem Touam Bona nous invite au « marronnage » (arts de l’esquive des esclavagisé.e.s), à « sécréter » des refuges par un usage subversif des corps et des territoires. Chacun.e des artistes invité.e.s proposera une variation autour du « lyannaj » (du créole « lyan ») : des pratiques d’alliance et d’improvisation réactivant les mémoires et puissances de résistance des mondes afro-diasporiques. La sagesse des lianes ne peut être que « cosmo-poétique » : sans tronc, leur échappée vers les cieux n’est possible que parce qu’elles comptent sur les autres, que parce qu’elles se mêlent aux autres, tout en les entremêlant. C’est ainsi qu’elles trament, furtivement, des cosmos inouïs.

Exposition virtuelle « Les costumes traditionnels du Cameroun : Vêtir son identité »

Costume *Dala*, région du nord-ouest. © https://costumestradi.patrimundus.org

Exposition coorganisée par Jean-Paul Lawson, doctorant d’Héritages

Les costumes traditionnels, catégorie importante du patrimoine culturel camerounais racontent l’histoire des peuples et leurs croyances. Tenue du quotidien ou vêtement de fête, ils témoignent d’un mode de vie singulier, de coutumes ancestrales et font concorder passé et futur, traditions et modernité. Lorsque nous rentrons dans l’histoire du vêtement dont le rôle était purement utilitaire, protéger le corps humain et permettre de se mouvoir aisément, il apparaît que la fonction ou le rôle du vêtement a évolué en s’adjoignant des fonctions immatérielles : ornement, décoration devenant ainsi des parures. Le développement du textile qui s’est accompagné de celui du commerce entre l’Afrique et l’Europe a permis la démocratisation du pagne entrainant ainsi la perte de la valeur traditionnelle du vêtement lui-même en ce sens que le costume traditionnel ne sera plus l’apanage des rois, nobles ou riches, plutôt une sentence populaire.

 Consulter le site de l’exposition 

Commissaires d’exposition :
Jean-Paul C. Lawson (doctorant Héritages CYU/Warwick)
Avenir G. Meikengang (doctorante MRTE CYU)

XIe colloque Femmes des lumières et de l’ombre – Les femmes et leur corps

Intervention d’Anabelle Machou, doctorante d’Héritages

Titre de l’intervention : Être femme à Versailles : le palais du mâle ? Analyse
du corps féminin au château de Versailles à travers les œuvres de Chantal Thomas
.

Cette communication propose d’étudier l’influence de l’environnement versaillais sur le corps des femmes à travers deux fictions historiques contemporaines de Chantal Thomas : Les Adieux à la reine (2002), qui suit le destin de la lectrice de la reine Marie-Antoinette, Sidonie Laborde et L’Échange des princesses (2013), un roman sur la très jeune infante Anna Maria Victoria et Mademoiselle de Montpensier, toutes deux mariées contre leur gré.

Continuer la lecture de « XIe colloque Femmes des lumières et de l’ombre – Les femmes et leur corps »

Carte postale / Villa Hispanica

Ci-dessous, une photo prise pendant l’école d’été doctorale “Arts visuels des mondes ibériques et ibéro-américains : regards croisés”, qui a eu lieu du 5 au 10 juillet 2021 à la Villa Hispanica, à Cogny.

Y figure Julie Amiot-Guillouet – professeur à CY Cergy Paris Université et codirectrice d’Héritages – avec toutes ses doctorantes, et Philippe Merlo, leur hôte et professeur hispaniste à l’université de Lumière Lyon II. 

De gauche à droite : Eva-Rosa Ferrand-Verdejo, Elcira Leyva Quintero, Julie Amiot-Guillouet, Camille Lecuyer, Camila Melo, Philippe Merlo-Morat. 

L’écriture labyrinthique comme espace d’échanges culturels et spirituels dans la littérature tunisienne d’expression française

Le cas du roman Phantasia, d’Abdelwahab Meddeb

Article rédigé par Nouranne Fahim, doctorante de l’UMR 9022 Héritages

Résumé. — L’écriture labyrinthique signifie une sortie hors de soi, au risque de se perdre complètement. Le labyrinthe assume l’incapacité à garder en mémoire et à mettre en discours la continuité des lignes. Toute limite n’est qu’une porte dissimulant un autre aspect. Cette écriture constitue un espace de représentation à la hauteur de l’existence complexe que Meddeb tente de décrire dans Phantasia, roman rédigé en 1986 illustrant le chevauchement entre un voyage réel et un voyage imaginaire pastichés d’Ibn Arabi et de Dante. Abdelwahab Meddeb y tente de représenter ce qui n’est pas représentable ou absent de la réalité objective. Il y met en évidence la frontière confuse entre le concevable et l’inconcevable, entre le visible et l’invisible. Dans Phantasia, la discontinuité est intégrée en tant que principe et élément constitutif. Ce roman, considéré comme une Babel des cultures, représente une pensée en mouvement car Meddeb erre entre les croyances, les civilisations et les langues. Cet article cherche à mettre en évidence les causes de l’écriture fragmentaire chez Abdelwahab Meddeb,ainsi que la façon dont il présente cette écriture dans Phantasia.

Mots Clés.— labyrinthe, syncrétisme, spiritualité, cultures, emprunts, mystique

Continuer la lecture de « L’écriture labyrinthique comme espace d’échanges culturels et spirituels dans la littérature tunisienne d’expression française »

Congrès de l’APELA – Activismes et esthétiques queer dans les littératures africaines

Intervention de Nicola Lo Calzo, doctorant d’Héritages

Titre de l’intervention : Nicola lo Calzo (CY Cergy Paris Université) et Regis Samba KounziMasculinité et corps queer dans l’oeuvre photographique de Regis Samba Kounzi 

Depuis une vingtaine d’années, on constate une visibilité grandissante des représentations des sexualités et plus généralement des identités non hétéronormées dans les littératures africaines, ainsi que dans les arts et le cinéma d’Afrique. L’inscription d’un désir homosexuel dans l’histoire littéraire africaine précède toutefois largement les productions contemporaines, comme en atteste la monographie de Chantal Zabus Out in Africa. Same Sex Desire in Sub-Saharan Literatures and Cultures (2013). Dans un contexte où l’homophobie grandissant dans certains pays africains se traduit par une répression pénale exacerbée, tandis que d’autres au contraire abolissent des lois discriminatoires, il n’est pas surprenant que la thématique produise un corpus à la fois esthétique et activiste, partant de deux perspectives différentes pour approcher les conflits mentionnés. Avec les récents projets collectifs de témoignage tels que Stories of Our Lives. Queer Narratives from Kenya (2015) ou encore She called Me Women. Nigeria’s Queer Women Speak (2018), le concept de queer d’origine politique aux États-Unis, fait de plus en plus son entrée dans le vocabulaire activiste en Afrique.

Continuer la lecture de « Congrès de l’APELA – Activismes et esthétiques queer dans les littératures africaines »