“Francia-Colombia: miradas cruzadas” de Luisa Ballesteros Rosas (dir.) : d’un cheminement historique à une interprétation littéraire des relations franco-colombiennes

Compte rendu de lecture rédigé par Jean-Philippe Saby, doctorant de l’UMR 9022 Héritages

Résumé. — Penser une relation profonde entre la France et la Colombie qui s’élève au-delà des relations internationales usuelles peut paraître paradoxal, au regard de leur éloignement géographique et linguistique. Or un simple retour sur leur passé permet de comprendre que, même si elle est encore méconnue, ces deux pays partagent une longue et riche histoire de plus de deux siècles. La France et la Colombie manifestent une admiration réciproque et une proximité évidente qui ont fait l’objet du présent ouvrage.

Mots clés. — France, Colombie, relation, Amérique latine, Francia-Colombia: miradas cruzadas

Resumen. — Pensar en una relación profunda entre Francia y Colombia que va más allá de las relaciones internacionales habituales puede parecer paradójico, dada su distancia geográfica y lingüística. Sin embargo, un simple retorno en su pasado permite comprender que, aunque todavía se desconoce, estos dos países comparten una larga y rica historia que dura desde hace más de dos siglos. Francia y Colombia se muestran una admiración recíproca y una evidente proximidad que han sido objeto de este libro.

Palabras clave. — Francia, Colombia, relación, América Latina, Francia-Colombia: miradas cruzadas


Publié en 2020 aux éditions Sial Pigmalión, Francia-Colombia: miradas cruzadas est un ouvrage qui s’articule autour de douze contributions de chercheurs spécialistes d’études latino-américaines, qui réfléchissent aux liens qui unissent la France et la Colombie, allant de l’arrivée des pirates à la fin du XVIIe siècle aux relations diplomatiques entre les deux pays, officialisées à la fin du XIXe siècle. Issu du colloque international sur le même thème organisé en 2017 dans le cadre de « La saison croisée France-Colombie », qui célébrait la coopération binationale, l’ouvrage souligne les conceptions multiples et les pratiques collaboratives qui ont contribué à la consolidation d’une amitié réciproque. En effet, si les premiers contacts entre la France et la Colombie remontent à 1697, lors de l’expédition de Carthagène dans le contexte de la guerre des « Neuf Ans », leurs relations diplomatiques ne se sont développées qu’au début du XVIIIe siècle, période à partir de laquelle de nombreux explorateurs français arrivèrent sur la côte caraïbe de la Colombie et dans le golfe d’Urabá. Cette dynamique nouvelle, officiellement scellée par la signature de la convention du 30 mai 1892, établit des relations plus profondes entre les deux pays et permet un important mouvement migratoire que Colombiens et Français accueillent avec un véritable enthousiasme. Face à la grande crise économique que l’Amérique latine connaît en 1929 – qui affecte toutes ses couches sociales – et à la nouvelle politique migratoire des États-Unis (via l’Emergency Quota Act1), nombre de Colombiens doivent se diriger vers l’Europe – et notamment la France – pour y chercher refuge. Ces déplacements contribuent à renforcer leurs liens, permettant à la Colombie d’avoir une réelle présence sur le territoire français, et à la France d’occuper une large place culturelle en Colombie : « La référence française influença la Colombie, à telle enseigne que jusqu’en 1934 on levait le drapeau français dans certaines écoles colombiennes en chantant la Marseillaise2. »

Les élites colombiennes, tout comme celles de la plupart des pays latino-américains, ont toujours fait preuve d’une grande admiration pour la France. De la Révolution française aux « Idées des Lumières », la France est restée pour elles un pays doté d’une prestigieuse culture ayant valeur de modèle. Selon Luisa Ballesteros Rosas, qui a dirigé l’ouvrage, la France a influencé ces élites par un raffinement culturel à travers ses philosophes, son art, ses idéologies, son droit et sa littérature :

Colombia se ha forjado una identidad síntesis de muchas culturas. Pero la influencia que ha marcado más concretamente sus instituciones y su cultura es la francesa.

(Ballesteros Rosas 2020 : 9).

Une influence visible chez des auteurs tels que Rufino José Cuervo, José Asunción Silva, Soledad Acosta de Samper et Jorge Isaacs, et même chez des contemporains comme Gabriel García Márquez, Flor Romero De Nohra, Álvaro Mutis et Francisco Trujillo, qui considéraient Paris comme un lieu d’inspiration. Paris représentait pour eux une capitale littéraire, une ville « paradis » (ibid. : 50) et « un miroir » (ibid. : 121) à travers lequel ils pouvaient porter un regard critique sur leur propre pays : « Francia, el país donde aprendí a mirar a Colombia » (ibid. :  47). N’est-ce pas pour cette même raison que dans son roman María (1867), considéré comme l’une des œuvres les plus remarquables de la littérature hispano-américaine du XIXe siècle, Jorge Isaacs avait qualifié Paris de « terre d’exil », où l’exilé pouvait se projeter dans son propre pays à travers un voyage imaginaire ? Et José María Torres Caicedo, pour offrir à son continent un rapprochement d’avec l’Europe, n’avait-il pas proposé de distinguer « Les deux Amériques », la première étant plus anglo-saxonne et la seconde, latine, avec des origines françaises ?

Más aislados se encuentran, desunidos,
Esos pueblos nacidos para aliarse:
La unión es su deber, su ley amarse:
Igual origen tienen y misión;
La raza de la América latina,
Al frente tiene la sajona raza,
Enemiga mortal que ya amenaza
Su libertad destruir y su pendón.

La América del Sur está llamada
A defender la libertad genuina,
La nueva idea, la moral divina,
La santa ley de amor y caridad.
El mundo yace entre tinieblas hondas.

(Ballesteros Rosas 2020 : 52).

En Europe, les intellectuels français présentaient de manière réciproque un intérêt profond pour la Colombie. Ils nourrissaient une certaine nostalgie pour son paysage et ses habitants, qui leur servait de « mémoire affective», d’espace d’approche et de rapprochement, mais aussi de cadre propice au développement d’une « écriture cosmopolite ». Comme l’ancien ministre français Édouard Bonnefous le faisait remarquer :

Durant mon long périple à travers les républiques d’Amérique latine, je pensais à ces réflexions consacrées par Lamartine au voyageur. « Voyager c’est multiplier les impressions que les évènements d’une vie sédentaire ne donnent qu’à de rares intervalles. C’est résumer une longue vie en peu d’années, c’est un des plus forts exercices que l’homme puisse donner à son cœur comme à sa pensée. Nous étudions tout dans nos misérables livres et nous comparons tout à nos petites habitudes locales. Ouvrons le livre des livres, voyons, vivons, voyageons, le monde est libre, dont chaque pas nous tourne « une page » ; celui qui n’en a lu qu’une que sait-il ? » Je l’ai retrouvée cette séduisante Amérique latine […] avec une émotion que je ne cacherai pas, un peu comme ces amis que l’on est impatient de revoir et dont on redoute que de trop grands changements les aient rendus méconnaissables. Sans doute je sais bien que la France et les pays d’Amérique latine n’avaient pas cessé de s’aimer.

(Bonnefous 1953 : 63).

Cet amour s’est révélé tant dans les discours politiques et dans les médias que dans l’écriture. On peut penser ainsi aux journaux français consacrant nombre de leurs articles, reportages et documentaires à l’actualité colombienne, ou encore à l’Institut des Hautes Études de l’Amérique Latine, fondé en 1954, et chargé de promouvoir la culture latino-américaine en France. On se souvient aussi d’auteurs et de chercheurs qui ont fait de la Colombie leur champ de recherche, comme Élisée Reclus, avec son Voyage à la Sierra Nevada de Sainte-Marthe (1881), Henri Candelier, avec Rio-Hachas et les Indiens Goajires (1893), Gaspard Mollien, avec ses nombreux voyages d’aventures en Colombie, Jacques Gilard, avec ses revues Caravelle et L’Ordinaire Latino-américain, ou encore Valery Larbaud, avec sa Nouvelle Revue Française.


La place de Colombie, située dans le 16e arrondissement de Paris, illustre bien cette présence colombienne en France. URL : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Plaque_place_de_Colombie,_Paris_16e.jpg © Polymagou – Wikimedia Commons – CC-BY-SA-4.0.

Francia-Colombia: miradas cruzadas, présenté au public le mardi 12 octobre 2021 à l’Institut des Amériques à Paris, offre à la France et à la Colombie une trajectoire historique commune. Ce livre d’histoire et de littérature vient mettre en relief, de manière précise et concluante, cette très longue amitié restée ignorée par les jeunes générations de ces pays. S’il porte sur les premières relations franco-colombiennes, il met également en lumière, au fil des chapitres, les liens artistiques et littéraires existant entre les deux pays.

Le premier chapitre, rédigé par Luisa Ballesteros, professeure à CY Cergy Paris Université et intitulé « Lazos culturales entre Francia y Colombia », retrace « l’inspiration politique et littéraire » que les auteurs français ont incarnée pour les poètes colombiens, venant nourrir l’attachement « grandissant » porté à la France, qui reste à ce jour la destination idéale des étudiants colombiens.

Le deuxième chapitre, écrit par Marisella Buitrago, chercheuse à l’université Antonio Nariño en Colombie, revient sur « les relations entre le fait historique et l’écriture dans le roman Historia secreta de Costaguana ». En se basant sur la relation qu’entretenait l’ingénieur français Ferdinand de Lesseps avec l’écrivain Juan Gabriel Vásquez, l’auteure aborde trois points essentiels : l’histoire colombienne, l’intervention française dans la résolution des conflits qu’elle connut en 1899, 1946 et 1960, et la transposition de leurs coopérations dans l’écriture. Ce faisant, elle rend un vibrant hommage aux grandes figures de l’histoire franco-colombienne.

Le troisième chapitre, signé Maryse Renaud, professeure à l’université de Poitiers, a pour titre « Colombia y la Francia de Ultramar : la caótica aventura panameña ». Il peut sembler de prime abord sortir du cadre de l’ouvrage, se concentrant sur les relations entre la France ultra-marine et la Colombie. En réfléchissant à la manière dont « la Martinique [possession française], [est entrée] en contact direct avec les ouvriers colombiens et panaméens du Canal de Panama [possessions espagnoles], pour vivre une expérience difficile, amère et solitaire depuis leurs misérables baraquements » (Ballesteros Rosas 2020 : 35), l’auteure nous permet néanmoins de voir comment la France, intéressée par les possessions maritimes de la région caribéenne, manifeste un vif intérêt pour la Colombie. Cet article diversifie les faits historiques relatés, en élargissant la perspective pour y inclure les interactions entre les colonies françaises et espagnoles, et les conflits d’intérêts qui existaient entre ces deux États.

Les trois chapitres suivants se proposent d’analyser les parcours et travaux d’auteurs d’origine colombienne ayant vécu en France. Ils interrogent l’impact de leurs voyages sur leurs écrits. Le premier, de Diana Pulido Gómez (Sorbonne Université), porte sur Le métissage et l’interculturalité3 chez William Ospina et sur sa façon volontariste de s’approprier la culture européenne : « Me sentía como si yo hubiera crecido en una realidad física, en mi país, pero viviendo otra realidad espiritual, fuera de él. Cuando volví de Europa recién empecé a valorar y a conocer a mi país4 ». Le deuxième, « Montoya traductor de Quignard » de Camilo Bogoya (université d’Artois) est axé autour de Pablo Montoya, premier traducteur espagnol du célèbre écrivain français Pascal Quignard. Le troisième, de Sandra Acuña Español (Sorbonne Université), à travers une analyse de la pièce de théâtre « Pelos de elefante y otros males » tirée de Pecado (2016) de la colombienne Laura Restrepo, permet de réfléchir à la vulnérabilité de la Colombie, marquée par « la corruption, l’avarice, la maladie, la mafia, la mort, l’insécurité… » (Ballesteros 2020 : 75).

Les six derniers chapitres traitent de l’influence des mouvements philosophiques et littéraires européens sur la Colombie, et notamment de l’impact de l’avant-garde littéraire en France et en Europe sur la première moitié du XXe siècle colombien (ibid. : 85), par Carlos Vasquez-Zawadzki (Universidad del Valle, Colombie) ; du Nadaïsme (ibid. : 105), par Eduardo Cortés Nigrinis (Sorbonne Université) ; de la notion de Liberté (du corps) (ibid. : 119) par Liz Viloria (Sorbonne Université et université « Ca’ Foscari » de Venise) ; de « l’opinion de Marvel Moreno sur son expérience personnelle et littéraire à Barranquilla et à Paris » (ibid. : 135) par Alexander Ortega Marín (Sorbonne Université) ; de « La mémoire » de Gabriel García Márquez racontée par le journaliste Jacques Gilard (ibid. : 149), par Cecilia Castro Lee (University of West Georgia, USA) ; de « La douleur », du « plaisir » et de « L’existentialisme » dans la peinture de Luis Caballero, formé à Paris (ibid. : 163), par Juan Carlos Baeza Soto (CY Cergy Paris Université).

Francia-Colombia: miradas cruzadas, avec sa première de couverture qui lui confère un aspect « beaulivriste5 », à travers une représentation de la tour Eiffel au sommet de laquelle est magistralement accroché le sombrero vueltiao (symbole du chapeau traditionnel colombien) avec, de part et d’autre de ses piliers, des taches de couleurs inspirées des drapeaux des deux pays, entre de toute évidence en résonnance avec cette citation de Nicolas Martin-Granel : « Ce livre ne perd pas son temps, soit le peu de pages qui lui est imparti, en anecdotes. Il […] vaut la peine de le citer pour son exemplarité » (Martin-Granel 1992 : 343).

Soirée de présentation de l’ouvrage.
De gauche à droite : les professeurs Alexander Ortega-Marín, Luisa Ballesteros Rosas et Eduardo Ramos-Izquierdo.

Références bibliographiques

Ballesteros Rosas Luisa, 2020. Francia-Colombia: miradas cruzadas, Madrid, Sial Ediciones

Bonnefous Édouard, 1953. « Les liens intellectuels entre la France et l’Amérique, latine ». Revue des Deux Mondes (1829-1971), p. 63. Édition numérique : https://www.jstor.org/stable/44585861 [consulté en avril 2022]

Candelier Henri, [1893] 2018. Rio-Hachas et les Indiens Goajires. Paris, BNF [Hachette Livre, 1re éd.]

Isaacs Jorge, 1986. María, Madrid, Cátedra

Martin-Granel Nicolas, 1992. « Gérard, Albert. Littératures en langues africaines ». Cahiers d’Études africaines, vol. 32, no 126, p. 343. Édition numérique : https://www.persee.fr/doc/cea_0008-0055_1992_num_32_126_1560_t1_0343_0000_1 [consulté en avril 2022]

Paveau Marie-Anne, 2018. « “Sexe, race et colonies”. Lecture matérielle (1). Caractères, nombres, paratextes », La pensée du discours. Édition numérique : https://penseedudiscours.hypotheses.org/17073 [consulté en avril 2022]

Reclus Élisée, 1881. Voyage à la Sierra-Nevada de Sainte-Marthe: paysages de la nature tropicale. Paris, Hachette

Tuero Róger (dir.), 2009. Mestizaje e interculturalismo: diálogos con William Ospina, Santa Cruz, OPN–UAGRM.


Jean-Philippe Saby est doctorant en études hispaniques. Rattaché à l’UMR Héritages, il mène une thèse sous la direction de Luisa Ballesteros (maîtresse de conférences HDR à CY Cergy Paris Université), qui porte sur la dualité culturelle et la construction de l’identité dans la littérature latino-américaine (Rosario Castellanos et José María Arguedas).

Sa recherche doctorale s’inscrit dans l’axe 2 d’Héritages : « Expériences, pratiques, acteurs dans les champs culturels et littéraires ».

Notes



Citer ce billet
Solène Hazouard (2022, 3 mai). “Francia-Colombia: miradas cruzadas” de Luisa Ballesteros Rosas (dir.) : d’un cheminement historique à une interprétation littéraire des relations franco-colombiennes. Carnet des doctorants d’Héritages. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nuio

  1. The Emergency Quota Act, aussi connue sous les noms d’Emergency Immigration Act ou encore d’Immigration Restriction Act, est une loi d’immigration promulguée en 1921 pour restreindre, par un système de quotas, l’immigration aux États-Unis. []
  2. « Présentation et historique, La France en Colombie », 2017. URL : https://co.ambafrance.org/Presentation-et-historique. []
  3. Ce titre est inspiré de celui de l’ouvrage Mestizaje e interculturalismo. Diálogos con Willian Ospina, paru en 2009 et dirigé par Róger Tuero, qui rassemble un ensemble de conférences tenues par Willian Ospina dans les villes de Santa Cruz et de La Paz, en Bolivie. []
  4. William Ospina, cité par D. Pulido Gómez (Ballesteros 2020 : 49). []
  5. Expression de Philippe Artières, cité par Marie-Anne Paveau (2018). []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search