Focus sur Mathilde Ayoub

Mathilde, tu es doctorante en Études patrimoniales de l’axe 1 du laboratoire Héritages, peux-tu nous parler de ton parcours ?

J’ai toujours oscillé entre la théorie et la pratique autour du champ artistique : lors de ma licence en histoire de l’art, à Paris I Panthéon Sorbonne, j’effectuais un long stage auprès d’une commissaire d’exposition. J’ai prolongé mon intérêt pour les arts en Master “Esthétique et théorie des arts et de la culture”, toujours à Paris I mais suivi à distance, alors que j’effectuais à Buenos Aires un programme réunissant artistes, commissaires d’exposition et critiques d’art. La mise en pratique éditoriale ou curatoriale des théories et de la recherche a toujours été fondatrice de ma pratique en tant que chercheuse. À cette période, j’ai réalisé des projets aux multiples formes : des expositions, des éditions, mais aussi des rencontres ou des podcasts, mêlant les disciplines. Après avoir développé ma pratique en tant que commissaire d’exposition indépendante, j’avais besoin de réintégrer la recherche dans mon champ d’action.

C’est pourquoi j’ai eu le désir d’intégrer un doctorat par le projet à CY, notamment car la pratique active de la recherche dans un milieu professionnel m’intéressait, mais également car j’étais séduite par la forme du projet dans le cadre d’un doctorat universitaire.

Ta thèse porte sur le musée de Damas : pourquoi avoir choisi de travailler principalement sur le département d’art moderne et sur l’histoire syrienne du XXe siècle ?

J’ai débuté un projet de recherche autour de l’histoire du musée de Damas, en Syrie, à l’orée de sa centième année d’existence, en 2019. Le musée était alors fermé depuis six ans à cause du conflit syrien, et j’ai pu étudier l’histoire de cette institution muséale au prisme de l’histoire moderne syrienne. Dans cette recherche, j’ai été amenée à m’intéresser particulièrement au département d’art moderne, créé dans les années 1950, quelques années après l’indépendance de la Syrie (1946). Cette collection s’est constituée au fil des ans, accompagnant la constitution d’une identité nationale en création. L’idée est d’étudier l’histoire de la collection, mais également de se demander comment les productions artistiques qui la constituent peuvent nous aider à mieux comprendre, à travers les œuvres et les artistes qui les ont réalisées, une époque historique moderne de la Syrie.

Tu entends par cette thèse analyser les tendances plastiques et les questionnements identitaires pour rendre viable la nécessité de sauvegarde et de réhabilitation d’un héritage menacé. Pourquoi est-il si important que l’on se penche sur sa protection et sa valorisation ?

Le lien de cause à effet n’est pas tout à fait celui que je cherche à développer. Cette collection m’intéresse particulièrement car elle est le reflet d’une société, mais également de tendances artistiques qui cherchent à s’affranchir des modernités occidentales. C’est une histoire méconnue qu’il est important de connaître afin de pouvoir préserver un patrimoine moderne dans le contexte actuel. C’est aussi le manque de visibilité et de mise en valeur de l’art moderne syrien et de ses collections patrimoniales modernes qui m’incite aujourd’hui à constituer une archive collective d’une collection afin de pouvoir sauvegarder l’histoire des modernités artistiques syriennes. Si le patrimoine ancien fait l’objet de nombreuses destructions, pillages et trafics, il est important de préserver également le patrimoine moderne dans un contexte de guerre et de penser sa réhabilitation.

Sujet de thèse : Réhabiliter le département d’art moderne du Musée de Damas : processus mémoriel et regard contemporain sur une collection à travers l’histoire syrienne du XXe siècle par Mathilde Ayoub, sous la dir. de C. Doustaly et de M. Montazami.

Entretien réalisé par Vivien Barrière, maître de conférences en Histoire-Archéologie à CY Cergy Paris Université, chercheur et chargé de mission communication à Héritages.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search