Patrimoine culturel africain et développement durable en Afrique subsaharienne : état de la recherche et contributions des sciences sociales

© Aperçu de la page d’accueil du portail “Afrik’Ifa”, Jean-Paul Lawson. 2022.

Compte rendu de l’atelier international rédigé par Jean-Paul Lawson, doctorant d’Héritages et de l’INP

Organisé par le Laboratoire de recherche sur le patrimoine et le développement durable (LR/PDD) de l’Institut des sciences des sociétés (INSS) de l’université Joseph Ki-Zerbo, sous la responsabilité de Vincent Sedogo (directeur du LR/PDD), en partenariat avec le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l’UMR 9022 Héritages (CY Cergy Paris Université/CNRS/ministère de la Culture), cet atelier international s’est tenu du 14 au 17 juin 2022 à l’INSS, sous l’égide du Centre national de la recherche scientifique et technique (CNRST) du Burkina-Faso.

Il a débuté dans la matinée du 14 juin avec la traditionnelle cérémonie d’ouverture, articulée autour des discours du directeur du LR/PDD et des partenaires, ainsi que d’une photo de famille. Alors que la conférence inaugurale aurait dû être présentée par Slimane Hachi, directeur du Centre régional pour la sauvegarde du patrimoine immatériel (CRSPI) en Afrique, sur le thème : « Héritages culturels et développement durable : Le cas des patrimoines immatériels liés aux pratiques alimentaires », c’est finalement l’intervention de Chiara Bortolotto, titulaire de la chaire Unesco « Patrimoine culturel immatériel et développement durable » à CY Advanced Studies et chercheure temporaire à Héritages, qui a servi de cadre au lancement de l’atelier.

Intitulée « Patrimoine culturel immatériel et développement durable : un laboratoire pour réinventer l’avenir », son intervention a mis en perspective la question du patrimoine immatériel comme point essentiel d’une perpétuelle réflexion sur le devenir du patrimoine africain, à l’aune des multiples crises (sociales, économiques, sanitaires, sécuritaires, etc.) d’aujourd’hui et de demain : qu’entend-on par immatériel ? Qu’est-ce que le patrimoine immatériel dans le contexte africain ? Quel est son lien avec le patrimoine matériel ? Comment se traduit la conservation, la médiation et la valorisation du patrimoine immatériel en Afrique ? Et comment puiser dans le passé pour (ré)inventer l’avenir ?

Par la suite, la première journée de l’atelier a permis de s’interroger sur le rôle du patrimoine culturel dans le développement socioéconomique des États et des communautés d’Afrique. Les communications qui se sont succédé lors des différentes sessions ont mis un accent particulier sur les traditions ancestrales liées à la céramique et à l’artisanat, le patrimoine bâti colonial, leur pérennisation aujourd’hui et leur transmission aux générations futures, ainsi que sur la contribution du patrimoine culturel à la consolidation d’une unité africaine résiliente face aux différentes et nombreuses crises qui secouent le continent.

La deuxième journée de l’atelier a porté sur le patrimoine africain et la gestion de crises sanitaires. Quel est l’impact de la médecine traditionnelle africaine dans la gestion de crises sanitaires sur le continent ? Comment les techniques et savoir-faire locaux conservés et transmis de génération en génération par des trésors humains vivants peuvent-ils être mis à contribution dans la stratégie globale de riposte face à une maladie ou à une épidémie ? Cette journée a mis en lumière les expériences issues du Bénin, du Burkina-Faso, du Cameroun et de Guinée montrant l’apport du patrimoine africain à la médecine contemporaine africaine et mondiale.

Au cours des deux dernières journées, les différents intervenants ont présenté les résultats de leurs travaux autour des modes et des stratégies de conservation et de protection du patrimoine culturel. Les communications du Burkina-Faso, du Cameroun, de la Côte d’Ivoire, du Bénin et du Sénégal ont permis de mettre en évidence l’action des communautés traditionnelles, le rôle de l’État et des organisations internationales comme l’Unesco et l’importance des outils et technologies numériques dans les stratégies globales de conservation et de protection du patrimoine culturel (matériel et immatériel) sur le continent. C’est notamment lors de cette session que j’ai présenté une partie de mes travaux, dans une communication intitulée : « Le numérique dans les musées ouest-africains : conception et déploiement de la base de données mutualisée des collections muséales Afrik’Ifa ». Ce portail, qui vise à doter les musées ouest-africains d’une plateforme numérique unique de valorisation de leurs collections, est en cours de développement et sera lancé à l’occasion de ma soutenance de thèse. Portant sur les études patrimoniales et intitulée « Médiation numérique et valorisation dans les contextes patrimoniaux européen et africain : atouts, valeurs, pratiques et circulations. Perspectives de diffusion locale, nationale et internationale dans les musées de la civilisation noire en Afrique de l’Ouest », ma thèse est menée au sein du laboratoire Héritages et de l’École universitaire de recherche (EUR) Humanités, Création, Patrimoine, portée par CY Cergy Paris Université.

Les quatre journées de l’atelier se sont déroulées selon le même principe : chaque question a été étudiée et approfondie à travers des retours d’expériences, la confrontation d’idées et la présentation de projets et cas d’études. Au total, cet atelier a rassemblé plus de 70 communications qui ont permis de démontrer que la contribution des sciences sociales au développement durable à travers le patrimoine culturel en Afrique est considérable, et qu’il est plus que primordial pour les États africains d’accompagner les réflexions en soutenant financièrement la recherche scientifique.

Tous les regards se sont alors tournés vers le Bénin, dont la délégation s’est proposée d’accueillir la seconde édition de cet atelier international sur le patrimoine culturel et le développement durable en Afrique.


Jean-Paul Lawson est actuellement doctorant rattaché à l’UMR Héritages et à l’Institut national du patrimoine (INP), et travaille sous la direction de Cécile Doustaly, maître de conférences HDR à CY Cergy Paris Université.

Il mène un doctorat par le projet au sein de l’EUR Humanités, Créations et Patrimoine. Sa thèse a pour titre « Médiation numérique et valorisation dans les contextes patrimoniaux européen et africain : atouts, valeurs, pratiques et circulations. Perspectives de diffusion locale, nationale et internationale dans les musées de la civilisation noire en Afrique de l’Ouest ».
Sa recherche doctorale s’inscrit dans l’axe 1 de recherche d’Héritages : « Inventivités collectives et créativités des savoirs ».


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search