Focus sur Céline Lafon

Céline Lafon, tu es doctorante de l’axe 2 d’Héritages, en Pratique et théorie de la création littéraire. Quel est ton parcours ?

Formée aux sciences naturalistes avec une majeure en botanique et en ornithologie, j’ai travaillé dans une réserve naturelle où j’effectuais de la médiation scientifique et des suivis faune et flore. Ces sorties ritualisées par les protocoles d’observation ont été autant d’occasions de réfléchir à l’articulation entre fiction et savoirs scientifiques. Une problématique qui se présentait à moi alors que j’écrivais une série policière où l’inspectrice utilisait ses compétences naturalistes pour résoudre ses enquêtes.

En 2016, j’ai intégré le master Création littéraire de CY Cergy Paris Université où j’ai développé le concept d’écotone littéraire, lieu de transition entre la « forêt » des références théoriques, documentaires et fictionnelles auxquelles l’écrivain fait appel et la « prairie », champ ouvert de la création où prospère le récit. Écotone protéiforme — analyse littéraire, notes de recherche, fragments autobiographiques… — que j’ai investi sous la forme d’une thèse dans le cadre du doctorat par le projet de l’EUR Humanités, Création et Patrimoine, dont j’ai été lauréate en 2018.

Quel est le fil conducteur de tes recherches ?

Mes recherches portent sur le processus de création analysé au travers de deux romans de Stephen King, The Shining et Misery, et mis en résonance avec ce que l’auteur professe de l’écriture dans ses textes théoriques et autobiographiques. Ces deux romans offrent la possibilité de traiter des polarités de l’écriture : son point d’émission (l’auteur) et son point de réception (le lecteur), deux entités qui vivent « une rencontre par l’esprit » comme le formule Stephen King.

Bien qu’ayant bénéficié d’une éducation classique, j’ai toujours été attirée par ce que les études littéraires nomment la « paralittérature » avec toute l’ambivalence véhiculée par ce terme. Ambivalence qui s’incarne dans la personne de Stephen King, à la fois écrivain populaire dont les couvertures de livres affichent une esthétique digne des pulp magazines des années 1950 et auteur distingué comme un artiste important de la culture américaine par le biais de The Medal for Distinguished Contribution to American Letters, attribuée au titre de l’ensemble de son œuvre.

L’objectif de mes recherches est de réinvestir cette analyse littéraire dans un processus créatif personnel ainsi que dans l’enseignement en direction des étudiants et des autres publics intéressés par la création. Un procédé en plusieurs étapes. Tout d’abord les mises en conditions idéales pour écrire que, avec King, je résumerais par : « read a lot and write a lot ». Ensuite une écriture qui puise consciemment dans les archétypes et les topos, par exemple le vampire (‘Salem’s Lot) ou l’écrivain bloqué (The Shining). Enfin le travail de recomposition qui permet à l’œuvre, qu’elle soit une réflexion théorique ou un texte de fiction, de trouver sa cohérence a posteriori.

En quoi consiste le volet « pratique » adossé à ton travail de recherche ?

Je rédige un roman, Brooklyn Transfer, où une jeune femme est la prête-plume d’un auteur en proie au syndrome de la page blanche, spécialisé dans les récits de vampires. L’occasion de remodeler deux archétypes, l’écrivain-bloqué et l’écrivain-fantôme, ainsi que de questionner notre rapport à l’animal. En littérature, le vampire prend souvent la forme d’une chauve-souris qui se trouve ainsi diabolisée alors que c’est un animal qui, dans sa réalité biologique, ne cherche jamais à entrer en contact avec les humains et dont les populations sont en déclin. Une écrivaine de sensibilité naturaliste s’attachera donc à modifier cette image tout en gardant la dimension horrifique des histoires de vampire.

L’intrigue se déroule à New York, ce qui implique un travail de documentation et des appels à la fiction avec des auteurs et autrices emblématiques de cette ville : Paul Auster, Vivian Gornick, J. D. Salinger…

Par ailleurs, lors de TD avec les étudiants en Lettres modernes, nous avons transporté nos imaginaires vers Brooklyn et expérimenté comment, au travers d’outils concrets et d’explorations mentales, construire un récit éloigné de nous, géographiquement et psychiquement. Écrire et faire écrire, voilà la constance de ma pratique.

Sujet de thèse : “The King and I : pourquoi lire Stephen King quand on s’interroge sur la création littéraire”, par Céline Lafon, sous la dir. de Sylvie Brodziak (PR CY) et Jean-Marc Ligny (écrivain).

Entretien réalisé par Vivien Barrière, maître de conférences en Histoire-Archéologie à CY Cergy Paris Université, chercheur et chargé de mission communication à Héritages.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search