Compte rendu du séminaire “L’héritage spirituel” du 30 mai 2022

Interventions de Jean-Philippe Saby et de Nouranne Fahim, doctorants d’Héritages, dans le cadre des séminaires informels de DocHéritages

COMPTE RENDU RÉDIGÉ PAR Sabeur Sacrafi, docteur en littérature française et comparée de CY Cergy Paris Université

Dans le cadre de ses « séminaires informels », le laboratoire des doctorants DocHéritages de CY Cergy Paris Université a organisé le 30 mai 2022 une rencontre autour de l’héritage spirituel. Deux doctorants d’Héritages, Jean-Philippe Saby et Nouranne Fahim, sont intervenus lors de cette séance.

Dans un premier temps, Jean-Philippe Saby, qui rédige une thèse sur la dualité culturelle et la construction de l’identité dans la littérature latino-américaine (Rosario Castellanos et José María Arguedas) a présenté une communication intitulée : « Yawar Fiesta de José María Arguedas : une réhabilitation de l’héritage culturel andin ».

José María Arguedas est un auteur péruvien né le 18 novembre 1911 dans les montagnes du sud du Pérou. Il était fils d’une union mixte entre un avocat et propriétaire terrien andalou, Victor Manuel Arguedas Arellano, et une créole, Victoria Altamirano Navarro.

Après un doctorat soutenu en 1963 sur l’origine des peuples indiens, il enseigna l’espagnol, l’ethnologie, la géographie et le quechua – famille de langues parlées au Pérou – dans des collèges et universités de son pays.

Il milita pour l’instruction et la scolarisation des Indigènes, et s’employa à faire reconnaître leurs droits. Il fut directeur d’instituts ethnologiques et de musées, et travailla au ministère péruvien de l’Éducation nationale, où il proposa une réforme de l’enseignement mieux adaptée aux Indiens.

Son œuvre embrasse plusieurs genres littéraires : le roman, l’essai, la poésie et le conte. Elle est un plaidoyer en faveur du peuple indien, massacré par le colonisateur européen.

Yawar fiesta est le premier roman de José María Arguedas, paru en 1941 après un ensemble de contes racontant le passé andin. Il aborde l’une des traditions les plus anciennes du Pérou : la corrida Indigène qui a lieu chaque année, le 28 juillet sur la place du village. Au sujet de cette « fête de sang », qui est le sens du titre de l’œuvre, Jean-Philippe Saby précise qu’un taureau doit être soumis à deux combats. Il doit affronter le condor oiseau qui vit dans les montagnes des Andes et, plusieurs jours après, s’il n’est pas mort, mener un autre combat contre cent ou deux cents Indiens, ivres en général. Ceux-ci, en entourant le taureau, vont à tour de rôle tenter de l’attaquer en utilisant de la dynamite, puis se faire des passes jusqu’à le vaincre. Pendant ce combat, le taureau agresse violemment les Indiens avec ses cornes et fait couler leur sang jusqu’à en tuer certains.

Le doctorant voit dans ce jeu une incarnation de toute l’histoire du peuple indien. Le taureau, provenant d’Espagne, incarne le colonisateur blanc qui vient livrer bataille aux Indiens et leur arracher leur terre et leurs biens, tandis que les Indiens sont représentés par le condor, qui est un symbole andin. L’auteur se sert de cette allégorie pour dénoncer la sauvagerie du colonisateur.

Jean-Philippe Saby décèle également dans ce jeu une volonté du peuple péruvien de s’approprier la culture du colonisateur espagnol. Ainsi, comme l’ont montré divers sociologues depuis le Tunisien Iben Khaldoun, les peuples colonisés tendent à imiter leurs colonisateurs et à s’identifier à eux.

De sa lecture de ce jeu folklorique, l’intervenant tire les conclusions suivantes, réparties sur trois plans :

  • sur le plan social, José María Arguedas cherche, selon Jean-Philippe Saby, à exposer le conflit entre la tradition et la modernité qui tourmente son peuple et à dénoncer les injustices subies par les Indiens. Aussi l’auteur cherche-t-il à faire taire les préjugés contre l’Indien, qualifié de citoyen mineur, sauvage, analphabète, incapable de décider, barbare et sans culture ;
  • sur le plan historique, le doctorant voit dans ce roman une écriture de la mémoire. L’auteur péruvien aspire à revisiter l’histoire coloniale de son peuple. Ce faisant, il souhaite également « donner la parole à l’Indien pour qu’il reprenne son droit et son appartenance à la communauté » ;
  • sur le plan esthétique, Jean-Philippe Saby repère quelques points qui font selon lui l’originalité de ce roman, comme l’opposition entre passé et présent, paysage rural et paysage urbain, le bilinguisme – l’auteur mêle l’espagnol et le quechua – et le recours au langage musical. La musique, qui se mêle à l’écriture, donne à l’œuvre un aspect poétique. Il s’agit de chants traditionnels, écrits pour certains avec des couplets, des refrains et des répliques de chœurs (pour traduire la solidarité et l’identité collective des Indiens).

Dans un second temps, Nouranne Fahim, qui rédige une thèse intitulée : « Amin Maalouf, Abdelwahab Meddeb et Gamal Ghitany face au mysticisme », est intervenue sur « Le soufisme akbarien en tant que remède dans Phantasia d’Abdelwahab Meddeb et Le Livre des Illuminations de Gamal Ghitany ».

La doctorante a commencé par préciser le contexte personnel dans lequel chacun des deux écrivains a rédigé son ouvrage. Abdelwahab Meddeb, écrivain franco-tunisien, se sent tourmenté : les événements du 11 septembre et la montée de la pensée islamique radicale l’étouffent. Le recours à la pensée mystique et au soufisme akbarien lui sert de remède contre le fanatisme religieux.

Pour Gamal Ghitani, c’est surtout la mort du père qui a donné naissance chez lui à un questionnement existentiel, dont nous retrouvons les traces dans son roman autobiographique Le Livre des Illuminations. À cette disparition du père s’ajoutent d’autres facteurs qui expliquent le recours de Ghitani à la pensée mystique : le contexte politique troublé – la guerre contre Israël –, son emprisonnement par le président Gamal Abdel Nasser et la situation socio-économique difficile dans laquelle se trouve son pays. À l’instar d’Abdelwahab Meddeb, Gamal Ghitani s’oriente vers l’œuvre du grand sophiste arabe Ibn Arabi.

Si ces deux romanciers ont choisi de revenir à la pensée de ce philosophe, leur manière de la lire et de l’exploiter diffère cependant : Meddeb étant athée, sa lecture est critique et prend des distances par rapport au texte coranique. À l’inverse, Ghitani est musulman pratiquant. Ainsi, il n’est pas sans faire l’éloge de la religion musulmane et de son aspect spirituel.

Nouranne Fahim postule dès lors que les romans de ces deux écrivains montrent que l’on se situe dans un monde inhabitable et disharmonieux. Ils naissent d’un questionnement provoqué soit par des événements extérieurs, soit par des observations dérangeantes. C’est bien « ce monde inhabitable » – on l’aura compris – qui a donné naissance à la veine mystique chez ces écrivains.

Dans Le Livre des Illuminations, Gamal Ghitani décrit l’inclination pour le dévouement et le sacrifice de certaines personnalités mythiques de la religion musulmane, tel Al-Husayn, cousin du prophète et symbole par excellence de cette inclination. Toutefois, ces individus demeurent avant tout les emblèmes de la souffrance, de la rupture avec la société et de la solitude. C’est aussi le cas du personnage-narrateur du roman, que nous pouvons sans trop de peine assimiler à l’auteur lui-même, souligne la doctorante, qui lit ce roman ghitanien à l’aune de l’expérience du deuil de ce dernier. Pour elle, c’est bel et bien ce deuil qui explique le recours de Ghitani à l’expérience mystique. En un mot, Ghitany nous présente une écriture allusive qui renvoie à la fois à une interrogation théologique et ontologique. Cette écriture devient un principe esthétique cherchant à réactiver le tragique dans l’écriture. En d’autres termes, on constate, dans ce roman ghitanien, que le narrateur est incapable de faire son deuil. L’auteur-narrateur éprouve une profonde tristesse, que seule l’expérience soufie l’aide à surmonter. Son roman, inspiré d’un vécu personnel chargé de l’émotion provoquée par la mort du père, advient à la fois à travers la souffrance, la recherche et l’expérience. C’est pour toutes ces raisons qu’il veut s’approcher de son Seigneur.

Quant à Abdelwahab Meddeb, sa thèse principale est que « l’intégrisme est la maladie de l’Islam ». Pour ce dernier, le monde musulman est malade et vit une crise des valeurs qui le paralyse. En analysant le roman meddebien Talismano, Nouranne Fahim montre que le vocabulaire de la souffrance dont regorge ce texte témoigne de la douleur que ressent l’auteur face à la situation dans laquelle se trouve la communauté-arabo-musulmane.

Le malheur de Meddeb n’est néanmoins pas dû uniquement à cette situation. Il est également lié à une prise de conscience de la situation lamentable de l’être humain d’une manière générale : sa faiblesse, sa finitude, son incapacité à « être » : Abdelwahab Meddeb sent l’angoisse de ne pas être le tout et de ne pas connaître le tout. Il constate que l’être ne peut ni se situer, ni se définir, car il n’est pas le tout. En d’autres termes, l’être est incomplet et en souffre. Son errance dans le monde résulte d’un principe d’insuffisance inhérent à sa condition.

L’écriture de Meddeb reflète également la perte identitaire éprouvée par l’auteur. Ce dernier a du mal à exister et à « être ». Il oscille entre deux civilisations, deux langues, deux cultures. Il peine à trouver ses repè(ai)res. Pour conclure, Nouranne Fahim ajoute que l’expérience du Temps constitue, chez Ghitani comme chez Meddeb, une épreuve douloureuse, voire tragique. Elle va de pair avec un questionnement existentiel incessant, l’expérience temporelle rappelant à l’homme sa vocation à pourrir et à disparaître. Le Temps est par nature énigmatique, totalitaire et injuste.


Jean-Philippe Saby est doctorant en études hispaniques, rattaché à l’UMR Héritages. Il travaille sous la direction de Luisa Ballesteros Rosas, professeure à CY Cergy Paris Université.

Ses recherches portent sur l’influence du Boom latino-américain sur l’écriture contemporaine. Il s’intéresse aussi à la littérature coloniale, postcoloniale latino-américaine et africaine ainsi qu’à la thématique de la quête identitaire. Sa thèse s’inscrit dans l’axe 2 d’Héritages : « Expériences, pratiques, acteurs dans les champs culturels et littéraires ».


Nouranne Fahim est actuellement doctorante rattachée à l’UMR Héritages, et travaille sous la direction de Claude Coste, professeur à CY Cergy Paris Université.

Ses recherches portent sur les traces du mysticisme dans les œuvres d’Abdelwahab Meddeb, Amin Maalouf et Gamal Ghitany. Ce travail s’appuie sur un corpus francophone venant du Machrek et du Maghreb, deux espaces francophones différents, réunis par une même confrontation au monde arabo-musulman. Se posent ainsi plusieurs questions. Quel sera leur point de vue, entre respect, critique et imagination ? Pourquoi écrit-on sur le mysticisme quand on est incroyant ? Et enfin comment raconte-t-on le mysticisme ? Afin d’analyser cet usage paradoxal et complémentaire du mysticisme, Nouranne Fahim a choisi de travailler sur Léon l’Africain (1986), Samarcande (1988) et Les Livrets de l’Opéra (2001) d’Amin Maalouf. De Meddeb, elle a choisi Talismano (1979), Phantasia (1986) et Aya dans les villes (1999). Elle souhaiterait comparer ce corpus francophone avec un corpus arabophone et, en particulier avec Le Livre des Illuminations (1997) de Gamal Ghitany, un écrivain égyptien contemporain des deux écrivains francophones.


Sabeur Sacrafi est docteur en littérature française et comparée de CY Cergy Paris Université, rattaché à l’UMR Héritages. Menée sous la direction de Rémi Astruc, professeur de Lettres à CY Cergy Paris Université, et soutenue en mars 2022, sa thèse s’intitule « La poétique de la reprise chez Philippe Forest ».



Citer ce billet
Solène Hazouard (2022, 7 décembre). Compte rendu du séminaire “L’héritage spirituel” du 30 mai 2022. Carnet des doctorants d’Héritages. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nujq

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search