Compte rendu du séminaire « Littératures du monde » du 24 juin 2021

Intervention de Nouranne Fahim, doctorante d’Héritages, dans le cadre des séminaires informels de DocHéritages

Compte rendu rédigé par Anabelle Machou, doctorante d’Héritages

Le 24 juin 2021, le laboratoire des doctorants DocHéritages a inauguré ses « séminaires informels », avec une séance portant sur les Littératures du monde. À cette occasion, Nouranne Fahim – doctorante en 4e année sous la direction de Claude Coste (professeur à CY Cergy Paris Université) – nous a donné un aperçu global de sa thèse et de l’avancement de ses recherches, nous permettant de voyager à travers les littératures du Machrek et du Maghreb.

Nouranne Fahim a d’abord rappelé les enjeux de sa thèse, qui porte sur le mysticisme arabo-musulman dans les œuvres de trois auteurs : Abdelwahab Meddeb, Amin Maalouf et Gamal Ghitany. Elle a insisté sur le fait que le mysticisme était une manière de penser l’un et le multiple, mais constituait aussi le cheminement d’une vision et d’une identité. Dans le cadre de son travail sur un corpus plurilingue issu du Maghreb et du Machrek, à la fois francophone et arabophone, elle a réuni des textes très divers, au fil desquels elle a relevé la position particulière de chaque écrivain dans son attachement au mysticisme musulman. Amin Maalouf, par exemple, est chrétien, tandis qu’Abdelwahab Meddeb est athée. Dès lors, cette diversité pose question : quel sera leur point de vue sur le mysticisme – entre respect, critique et imagination ? Pourquoi un non-religieux ou un laïque parlent-ils de mysticisme ? Afin d’étudier cet usage paradoxal du mysticisme, Nouranne Fahim a choisi de s’appuyer sur les ouvrages Léon l’Africain (1986) et Samarcande (1988), ainsi que sur les livrets d’opéra de Maalouf(L’amour de loin, 2001 ; Adriana Mater, 2004 et Emilie, 2010, de Kaija Saariaho). De Meddeb, elle a choisi Talismano (1979), Phantasia (1986) et Aya dans les villes (1999). Nouranne Fahim a détaillé sa méthodologie en précisant qu’elle comparait ce corpus francophone à un corpus arabophone, en se fondant en particulier sur le roman Les Illuminations (1997) de l’écrivain égyptien Gamal Ghitany.

Au cours de cette présentation, la doctorante a tenu à mettre en exergue plusieurs aspects importants de sa thèse : comment raconte-t-on le mysticisme ? Cette écriture met-elle en avant un islam de lumière ? Nouranne Fahim a souligné que ces interrogations étaient fécondes. D’une part, elles permettent d’aborder le thème de la difficulté que rencontre l’homme à habiter le monde. De l’autre, le mysticisme débouche sur d’autres questions, qu’elles soient d’ordre politique, moral ou social.

Nouranne Fahim a ensuite partagé les grands axes de son travail de thèse :

  • Le présent comme malaise ;
  • La valorisation de l’héritage historique, littéraire et spirituel chez les trois écrivains du corpus ;
  • Le syncrétisme : syncrétisme du fait (c’est-à-dire réel) et syncrétisme imaginé par les écrivains (via leur style d’écriture) ;
  • La sécularisation et le pluralisme : l’identité, la politique, la question de la coexistence et de la cohabitation.

La doctorante a souhaité développer le premier axe de son travail de thèse : « Le présent comme malaise ». En effet, les écrits étudiés développent l’idée d’un monde inhabitable et en disharmonie. Gamal Ghitany, par exemple, évoque dans son récit les tortures qu’il a subies sous le régime de Nasser et l’étouffante montée de l’islamisme. Pour Amin Maalouf, l’expérience du Liban et celle de l’Égypte sont déterminantes dans l’origine de son malaise. L’auteur présente un monde en plein basculement. Ainsi, les romans des trois écrivains du corpus étudié montrent, à travers leur contenu profane et leur forme spirituelle, que nous sommes face à un monde inhabitable et fortement hostile. L’écriture permet alors aux auteurs de réconcilier l’individu avec le monde, et ce en imaginant un espace possible de solidarité et de justice. Nouranne Fahim souligne que la douleur est un point commun chez ces écrivains, mais que sa source dépend en revanche du contexte social et politique dans lequel ils évoluent. Elle compare leurs souffrances à l’expérience d’un soufi, puisque ces écrivains cherchent une voie pour accéder à la vérité du monde.

Par la suite, Nouranne Fahim a présenté plus avant les trois auteurs qui inspirent son travail de thèse, en considérant dans un premier temps l’œuvre de Gamal Ghitany. Pour ce dernier, le roman est la seule forme d’art qui reflète la vie d’une personne réelle. Son roman autobiographique Les Illuminations (1997) met en évidence l’idée que l’individu n’est pas séparé du Très-Haut. Le narrateur cherche ainsi à se rapprocher de Dieu, en posant des questions sur l’annihilation et l’immortalité. Une seule question obsède Ghitany : qui se souviendra de lui après sa mort ? Sa pratique d’écriture repose sur des tentatives visant à surmonter l’insatisfaction, la menace de l’oubli et l’effacement. Nouranne Fahim évoque ensuite les faits autobiographiques qui ont pu l’amener à une telle écriture : la mort de son père, la guerre entre l’Égypte et Israël, ou encore les expériences de torture sous le président Nasser. Autant de raisons qui ont poussé l’auteur à emprunter une écriture évocatrice d’un passé spirituel.

Nouranne Fahim propose d’analyser ensuite les récits d’Abdelwahab Meddeb. Elle explique que l’auteur montre lui aussi dans ses romans sa difficulté à habiter le monde. Il ne supporte pas la montée de l’islamisme, l’avènement du terrorisme et le fanatisme religieux dans son pays. Son errance dans le monde est causée par un principe d’insuffisance inhérent à sa condition. Ainsi, dans son roman Phantasia (1986), Meddeb narre l’existence déchirée et angoissée de l’être dans un monde complexe. Il décrit l’homme comme une particule insérée dans des ensembles instables et enchevêtrés. Selon la doctorante, on peut aussi voir une crise identitaire émerger de son style d’écriture : l’auteur rédige en ayant recours à un langage profane, mais il mentionne la trace islamique dans ses romans, oscillant ainsi entre l’Orient et l’Occident, entre le sacré et le profane, entre l’islam et les autres croyances.

Pour terminer, Nouranne Fahim a présenté son étude d’Amin Maalouf. Pour cet auteur, l’expérience du Liban, de l’Égypte et de la violence sont des éléments essentiels de son malaise, de sa pensée et de son écriture. Pour lui, le monde arabe s’est transformé à l’issue de deux grands évènements : la guerre des Six-Jours en 1967 – qui entraîne la défaite du président Nasser – et la révolution iranienne de 1979 – révolution conservatrice. Pour Maalouf, bellicisme et montée de l’islamisme ont tué l’Égypte cosmopolite, en provoquant une angoisse extrême chez lui. À ses yeux, le monde bascule et va dans une direction inquiétante, ce mouvement l’empêchant de trouver sa place dans le monde.


Nouranne Fahim est actuellement doctorante rattachée à l’UMR Héritages, et travaille sous la direction de Claude Coste, professeur à CY Cergy Paris Université.

Ses recherches portent sur les traces du mysticisme dans les œuvres d’Abdelwahab Meddeb, Amin Maalouf et Gamal Ghitany. Ce travail s’appuie sur un corpus francophone venant du Machrek et du Maghreb, deux espaces francophones différents, réunis par une même confrontation au monde arabo-musulman. Se posent ainsi plusieurs questions. Quel sera leur point de vue, entre respect, critique et imagination ? Pourquoi écrit-on sur le mysticisme quand on est incroyant ? Et enfin comment raconte-t-on le mysticisme ? Afin d’analyser cet usage paradoxal et complémentaire du mysticisme, Nouranne Fahim a choisi de travailler sur Léon l’Africain (1986), Samarcande (1988), et Les Livrets de l’Opéra (2001) d’Amin Maalouf. De Meddeb, elle a choisi Talismano (1979), Phantasia (1986) et Aya dans les villes (1999). Elle souhaiterait comparer ce corpus francophone avec un corpus arabophone et, en particulier avec Les Illuminations (1997) de Gamal Ghitany, un écrivain égyptien contemporain des deux écrivains francophones.


Anabelle Machou est actuellement doctorante rattachée à l’UMR Héritages, et travaille sous la direction de Claude Coste, professeur à CY Cergy Paris Université.

Elle est doctorantes contractuelle à CY Cergy Paris Université en littérature et sciences du patrimoine. Ses travaux de recherche portent sur la représentation des châteaux classiques d’Île-de-France dans la littérature et le cinéma français des XXet XXIe siècles. Sa thèse est menée avec le soutien de la Fondation des Sciences du Patrimoine et le Centre de recherche du château de Versailles (CRCV).
Sa recherche doctorale s’inscrit dans l’axe 2 de recherche d’Héritages : « Expériences, pratiques, acteurs dans les champs culturels et littéraires ». 



Citer ce billet
Solène Hazouard (2021, 14 octobre). Compte rendu du séminaire « Littératures du monde » du 24 juin 2021. Carnet des doctorants d’Héritages. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nuhz

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search