Focus sur Camille Crunchant

Camille, tu es doctorante en histoire moderne de l’axe 3 du laboratoire Héritages, peux-tu nous parler de ton parcours ?

J’ai effectué mes études à l’université de Lorraine jusqu’au Master. C’est pendant la 2e année que mon choix d’entamer une thèse s’est affirmé, notamment autour de mon sujet de mémoire, qui a consisté à explorer les relations entre civils et militaires à Verdun à la fin de l’Époque moderne. Mais je ne me suis pas engagée directement en doctorat parce que je sentais bien que mon projet, même s’il commençait à se dessiner, n’était pas encore mûr ; ou, pour le dire autrement, que je n’étais pas encore prête à me lancer !

J’ai commencé à travailler comme ingénieure d’études chargée de la valorisation de la recherche au Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire (CRULH), en participant notamment au projet Empreinte militaire dans les provinces de l’Est, qui consistait à explorer les formes d’inscriptions matérielles et immatérielles liées à la présence des armées en Lorraine depuis le XVIe siècle jusqu’à nos jours. J’ai pu à la fois participer à un projet de recherche, découvrir le fonctionnement administratif des universités (montage de projet, gestion financière…) et travailler en étroite collaboration avec les partenaires financiers et scientifiques du projet.

Pendant cette période, j’ai eu l’occasion d’échanger avec François Pernot concernant mon projet de doctorat et nous en avons défini les contours. Et en 2015, je me suis jetée à l’eau ! Mais j’ai en parallèle continué à travailler au CRULH, puis comme chargée de valorisation de la recherche à l’université Paris-Nanterre. Et j’assure des vacations d’enseignement à Nancy en Licence 3. Mais la priorité pour 2023, c’est de mettre un point final à ma thèse !

Ta thèse porte sur « L’espace lotharingien et l’armée (XVIe – XVIIIe siècles) : l’empreinte militaire dans les villes de frontières ». Peux-tu nous en dire un peu plus ?

L’espace lotharingien est un territoire complexe. Coincé entre deux puissances majeures – le royaume de France et le Saint-Empire romain germanique -, ses frontières fluctuent à la fois au rythme des conflits et des négociations.

Sa position stratégique en fait une proie pour ses deux voisins, notamment pour la France dont les intentions sont claires. Cela se traduit par une forte militarisation. Ainsi, sur un territoire somme toute limité, on peut observer à la fois cette construction frontalière et les effets de la militarisation. De plus, l’Époque moderne marque un tournant radical dans la façon dont l’armée et la guerre influent sur les territoires, les paysages et, plus largement, sur la vie des habitants.

Tant que les troupes sont rassemblées pour un combat, puis dissoutes, leur impact reste limité en dehors de la zone où ont lieu le combat et les ravages qui peuvent être perpétrés par les troupes qui opèrent des maraudes dans le pays. Et lorsqu’il s’inscrit dans la mémoire collective, il laisse des marques bien plus ténues dans les tissus urbains, par exemple.

En revanche, avec le remaniement des fortifications, qui doivent s’adapter aux nouveaux armements, et avec la professionnalisation de l’armée, les troupes sont là, installées à demeure. Il faut les loger, les nourrir, les chauffer, les habiller… Bref, toute une partie de l’activité économique s’organise et se structure autour de la présence ou de l’absence de l’armée. Dans les premiers temps, les troupes sont logées chez l’habitant, mais les conflits et les tensions de plus en plus vives que cela provoque rendent nécessaire une nouvelle approche. C’est alors que l’on voit apparaître les premières casernes, dans des “quartiers” plus ou moins étanches. Construites pour faire retomber la pression entre civils et militaires, elles sont d’abord une manière d’isoler les deux mondes. Et il faut quelques années pour voir une cohabitation apaisée se mettre en place.

Quelles furent donc les conséquences directes pour la Lorraine d’avoir été cette “zone tampon” ? Comment cette intrusion de ses voisins européens dont tu fais mention (intrusion militaire, mais aussi culturelle finalement) l’a-t-elle marquée ? 

Sur la période qui est la mienne, l’évolution de la situation semble de plus en plus claire : les villes qui, historiquement, étaient proches ou sous la dépendance des princes allemands, sont progressivement aspirées dans la sphère d’influence française, jusqu’à l’intégration complète ! Pourtant, il reste des traces profondément marquées de cette proximité, à commencer par le patois de la Moselle.

D’ailleurs, peut-on considérer que l’annexion de l’Alsace et de la Moselle en 1870 soit simplement le fait du hasard ? C’est évidemment à la fois parce que cet espace est bien une zone tampon, précisément, entre la France et l’Allemagne, mais également parce que, dans l’imaginaire collectif, de part et d’autre de cette frontière, il demeure des points de friction, autant que de proximité. L’une des conséquences les plus visibles et les plus lisibles de cette situation, pour la Lorraine, se traduit aujourd’hui par une question patrimoniale d’une grande complexité. Beaucoup de grandes villes de Lorraine – Verdun, Nancy, Lunéville… – ont eu un riche passé militaire. L’armée était non seulement un acteur majeur de la vie de ces cités, mais elle contribuait aussi directement à leur “forme”, à leur organisation spatiale, à leur activité économique. Cela est devenu d’autant plus évident lorsqu’au tournant du XXIe siècle, dans le cadre de la réorganisation des forces militaires françaises, elle a quitté certains de ces sites, les obligeant à se réinventer. Et cela a souligné à quel point le devenir de ce patrimoine militaire était un enjeu qui dépassait la simple question bâtimentaire ou d’aménagement urbain. Détruire, conserver ou reconvertir : comment ces villes peuvent-elles gérer cette “empreinte militaire” au XXIe siècle ?

Sujet de thèse : “L’empreinte militaire dans les villes de frontières entre Meuse et Rhin : comment l’armée façonne l’espace lotharingien (XVIe – XVIIIe siècles), par Camille Crunchant, sous la dir. de François Pernot (PR CY) et Laurent Jalabert (MCF HDR, université de Lorraine).

Entretien réalisé par Vivien Barrière, maître de conférences en Histoire-Archéologie à CY Cergy Paris Université, chercheur et chargé de mission communication à Héritages.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Solène Hazouard (10 mars 2023). Focus sur Camille Crunchant. Carnet des doctorants d’Héritages. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nuk0


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search