Focus sur Sabine Méry

Tu viens de rejoindre l’UMR comme doctorante par le projet : comment ta thèse se lie-t-elle avec ton emploi ?

J’occupe actuellement les fonctions de responsable de la Mission archéologique départementale de l’Eure (MADE). Ce service, créé en 1996, regroupe aujourd’hui tant l’archéologie préventive, en amont des projets d’aménagement du département de l’Eure, que le site archéologique de Gisacum, situé au Vieil-Évreux, qui accueille à l’année le grand public et les scolaires, et organise chaque été des campagnes de fouilles programmées. Il s’agit d’un site archéologique majeur de l’Antiquité, une agglomération à vocation religieuse unique située à proximité de la capitale de cité d’Évreux. Aujourd’hui, dans le réseau des sites archéologiques, c’est un lieu également à mi-chemin entre Vieux-la-Romaine, Lillebonne, Avenches et Genainville.

J’ai été recrutée à l’origine pour conduire le projet de développement du site archéologique de Gisacum, que j’ai finalement élargi à la stratégie globale que je veux insuffler à la MADE : favoriser la connaissance et la diffusion du patrimoine archéologique eurois. À travers ma thèse, je souhaite donc m’interroger sur la façon de développer le site archéologique de Gisacum, à savoir : mettre en valeur les vestiges fouillés par la MADE depuis plus de 20 ans, ouvrir de nouvelles zones de fouilles, refondre le parcours du centre d’interprétation à la lumière des dernières découvertes, réfléchir à une programmation pluriannuelle d’expositions temporaires… Par ailleurs, dans le cadre de la stratégie globale de la MADE, cette thèse permettra de réfléchir sur la création de nouveaux espaces de travail pour les agents et d’espaces de stockage pour le mobilier archéologique, ou encore sur la façon d’intégrer l’archéologie préventive euroise au sein du centre d’interprétation de Gisacum…

Ainsi, ce doctorat par le projet permet de mettre par écrit mes réflexions quotidiennes, ainsi que mes échanges avec les agents, les autres directions du département, mes pairs qui dirigent d’autres services ou sites archéologiques… Cela me donnera l’opportunité également de prendre du recul sur toutes les actions mises en place, et de garder une trace de mes cheminements une fois que les différents projets auront pris forme.

Comment en es-tu arrivée là ?

J’ai commencé mon parcours universitaire par une licence d’histoire de l’art et archéologie à l’université Lille III. Très rapidement, j’ai développé un goût pour l’archéologie mérovingienne, période très fréquemment révélée sur les sites archéologiques des Hauts-de-France, mais pourtant sans possibilité à l’époque de pouvoir faire un master dans ce domaine chronologique.

J’ai alors décidé de partir, dès ma troisième année de licence, pour l’université Bordeaux Montaigne, où les axes de recherche du laboratoire Ausonius m’attiraient grandement. À l’époque, j’ambitionnais de devenir spécialiste de l’instrumentum mérovingien, et j’ai pu consacrer mon mémoire de recherche aux boucles d’oreilles mérovingiennes qui avaient été mises au jour dans le quart sud-ouest de la Gaule (plus précisément dans les anciennes régions Aquitaine et Midi-Pyrénées). Ce sujet était l’occasion d’aborder une catégorie de bijoux de bout en bout. Il s’agissait de : recenser toutes les occurrences mises au jour dans cette zone géographique, les dessiner, les étudier, faire des cartes de répartition et des études genrées, s’interroger sur la signification sociale de cet élément de parure, finalement moins fréquent que d’autres bijoux portés à la même époque, aussi bien par les femmes que par les hommes.

Après mon mémoire, j’ai souhaité me consacrer à la préparation du concours de conservateur du patrimoine, que j’ai obtenu en 2019 grâce à la classe préparatoire de l’École du Louvre. J’ai intégré l’Institut national du patrimoine et l’Institut national des études territoriales en 2020 et en suis sortie diplômée mi-2021, en spécialité “archéologie territoriale”. Durant cette formation, j’ai pu apprendre mon métier lors de mes différents stages effectués au sein du département de la Seine-Saint-Denis, de la direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais, de l’opérateur privé d’archéologie Eveha et du musée Joseph Déchelette à Roanne.

J’ai rejoint en 2022 les effectifs du département de l’Eure, en tant que directrice-adjointe, puis directrice de la Mission archéologique départementale de l’Eure. À travers ma mission principale, qui est de développer le site archéologique de Gisacum et de mettre en place une nouvelle stratégie pour le service, j’ai souhaité remettre un pied plus intensément dans le monde de la recherche, et le doctorat par le projet m’a semblé le bon compromis, pour concilier mon travail à temps plein, mes réflexions méthodologiques, scientifiques et stratégiques, et les recherches à mener pour comparer mes idées à d’autres structures similaires.

Quels champs tes recherches et tes missions recouvrent-elles ?

Ma spécialité porte sur l’archéologie mérovingienne, et plus particulièrement l’artisanat et les parures. Grâce à mon mémoire, j’ai pu travailler sur les biographies d’objets archéologiques, l’artisanat et les techniques de fabrication des objets du quotidien. En effet, Roland May présentait dans un article les cinq vies d’un objet archéologique, de sa fabrication à sa conservation après sa découverte. À travers mon mémoire sur les boucles d’oreilles mérovingiennes, j’ai essayé de retracer à chaque fois la vie des bijoux que j’ai étudiés. J’aimerais continuer à travailler sur cet élément de parure, et à analyser d’autres corpus pour les comparer avec ceux que j’ai déjà pu étudier.

En tant que conservatrice, il m’importe, en plus d’étudier les collections archéologiques mises au jour au cours des fouilles, de m’intéresser aux méthodes de conservation des biens, avant éventuellement leur mise en valeur. Il nous arrive de travailler sur des collections anciennes, où nous sommes tributaires des gestes de personnes qui sont passées avant nous, d’une documentation parfois lacunaire, et il faut mener l’enquête, d’autant plus que la déontologie et les avancées scientifiques évoluent constamment, et qu’il faut prendre du recul et ne pas critiquer trop strictement ce qui a été fait, notamment au XXe siècle, lorsque l’archéologie française se construisait.

Enfin, comme directrice de la MADE, qui combine entre autres un service d’archéologie préventive et un site archéologique ouvert au grand public, j’aimerais tourner mes recherches vers les projets de développement des sites, ainsi que les projets scientifiques et culturels, afin de nourrir ma réflexion à venir.

Sur quoi porte l’exposition du moment ?

La prochaine exposition estivale du centre d’interprétation du site de Gisacum, intitulée « Voyage sacré, sacré voyage : du site de Gisacum au musée d’Évreux », a ouvert ses portes le 17 juin 2023. Il s’agit d’un fructueux partenariat avec le musée d’Art, Histoire et Archéologie d’Évreux, qui fête cette année ses 150 ans. En 1873, son ouverture a été notamment rendue possible par le dépôt, par le département de l’Eure, d’une partie des collections mises au jour sur le site archéologique de Gisacum, fouillé depuis 1801.

Cette exposition est l’occasion de réaliser une énorme synthèse de plus de 220 ans de recherches menées au Vieil-Évreux, et de présenter au grand public les collections découvertes aussi bien au XIXe siècle, conservées au musée d’Évreux, que celles mises au jour plus récemment par les équipes de la Mission archéologique départementale de l’Eure. Des pièces essentielles sont exposées, dont certaines ne sont plus revenues à Gisacum depuis plus de 150 ans, à l’image des deux statues emblématiques de Jupiter et d’Apollon !

Labellisée par le ministère de la Culture “exposition d’intérêt national”, un album d’exposition a été publié à cette occasion et des manifestations sont prévues durant tout l’été autour de cet événement. Elles ont commencé dès les Journées européennes de l’archéologie, jusqu’aux Journées européennes du patrimoine, qui marqueront la fin de son étape au Vieil-Évreux, avant que l’exposition ne soit montée au musée d’Évreux.

Enfin, par rapport à mon projet de thèse, cette exposition a été l’occasion de faire le point sur ce que l’on maîtrisait maintenant par rapport au site de Gisacum, et sur les édifices ou aspects que l’on connaissait moins bien et qu’il faudrait approfondir dans les années à venir, notamment lors de nouvelles fouilles programmées. Cela est également un élément de réflexion quant à la refonte du parcours muséographique de notre centre d’interprétation, qui n’a que très peu évolué depuis son ouverture au public en 2005 !

Sujet de thèse : “Gisaci civis : d’un site archéologique majeur au repositionnement d’une mission archéologique départementale”, par Sabine Méry, sous la direction d’Anne Lehoërff.

Entretien réalisé par Vivien Barrière, maître de conférences en Histoire-Archéologie à CY Cergy Paris Université, chercheur et chargé de mission communication à Héritages.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Solène Hazouard (3 juillet 2023). Focus sur Sabine Méry. Carnet des doctorants d’Héritages. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nuke


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search