Soutenance de Camille Joviado

Camille Joviado soutiendra sa thèse
le lundi 4 décembre 2023, à 14h
en salle des thèses aux Chênes 2 de CY Cergy Paris Université.

Titre de la thèse

Enquête de terrain, en quête d’une écriture : Des prédateurs suivi de Processus de restitution en temps de crise écologique

Directrice de thèse

Violaine Houdart-Merot

Co-directeur de thèse

Stéphane Bouquet, écrivain

Résumé de la thèse

Cette thèse de recherche-création en deux dimensions propose de mener une réflexion à partir de l’écriture d’un texte de création, Des prédateurs, conçu à partir d’une enquête de terrain réalisée entre 2017 et 2020 dans les Vosges, autour du projet de réintroduction d’un grand prédateur, le lynx, dans les années 1980. Cette enquête a soulevé un certain nombre de conflits et d’enjeux liés à la présence de ces animaux, à nos difficultés à les prendre en compte, à les penser et vivre avec. En mettant en lumière nos difficultés à dépasser les schèmes dualistes, distinctifs et catégoriels de la pensée occidentale, comme ceux de nature/culture, humains/non-humains, ces enjeux ont soulevé la problématique du territoire et de l’habiter, mais aussi et surtout la difficulté en même temps que la stricte nécessité de se re-saisir du mot monde dans ce qu’il a de plus plein, c’est-à-dire dans tout ce qu’il comporte de vie.

Mener l’enquête, se rendre quelque part, aller sur un terrain, s’immerger, c’est partir à la recherche d’un langage, d’une écriture à même de dire, de restituer, de rendre compte de la vie. Si l’hypothèse paraît évidente, elle n’en demeure pas moins complexe lorsqu’elle se déploie dans un temps de crise écologique qui n’est rien de moins – entre autres – qu’une crise du lien, du sensible, de la relation. Pour celui•elle qui se rend quelque part, il s’agit de chercher à se dégager d’un certain nombre de structures pour reprendre l’idée de Kenneth White, de chercher en quelque sorte à renaître en tant que sujet d’énonciation. Il s’agit également, pour trouver un langage capable de rétablir le dialogue, de faire le lien, de réinvestir quantité de savoirs et d’outils, d’en réinvestir d’autres.

Ce travail s’appuie sur les réflexions menées par de nombreux•ses théoricien•e•s et ce qu’il•elle•s ont nommé, pour n’en citer que quelques unes, les “littératures de terrain”, les “écritures de l’enquête” ou encore les “narrations documentaires”, sur de nombreux•ses autres penseur•euse•s venu•e•s d’autres disciplines qui s’intéressent au concept de terrain et à la notion d’expérience, sur un corpus élargi d’auteur•rice•s qui se rendent quelque part pour écrire. Il tente en effet de maintenir la réflexion aux croisements des savoirs et des disciplines, d’allier recherche et création, de faire de l’écriture elle-même une forme de pensée et de savoir.

C’est donc une étude qui se veut avant tout pratique, s’attardant sur l’écriture non comme résultat mais comme faire, non comme produit fini mais comme expérience et mise en rapport, que Camille Joviado propose de mener. 

Composition du jury
  • Stéphane Bouquet, écrivain
  • Laurent Demanze, professeur des universités – Université Grenoble Alpes
  • Violaine Houdart-Mérot, professeure émérite – Cergy Paris Université
  • Maylis de Kerangal, écrivaine
  • Nancy Murzilli, professeure des universités – Université Paris 8 (rapporteure) 
  • AMarie Petitjean, professeure des universités – Cergy Paris Université
  • Jean-Marc Quaranta, professeur des universités – Aix-Marseille Université (rapporteur) 


Citer ce billet
Solène Hazouard (2023, 14 novembre). Soutenance de Camille Joviado. Carnet des doctorants d’Héritages. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nul6

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search