Soutenance de Florent Molle

Florent Molle soutiendra sa thèse
le lundi 4 décembre 2023, à 14h,
à l’Institut National du Patrimoine, salle Braudel-David Néel,
2 rue Vivienne, 75002 Paris.

TITRE DE LA THÈSE

L’universalisme des musées à l’épreuve de la participation

DIRECTeur DE THÈSE

Rémi Astruc

CO-encadrant DE THÈSE

Olivier Schinz, ville de Neuchâtel

RÉSUMÉ DE LA THÈSE

Cette thèse interroge la manière dont la participation dans les musées, et plus particulièrement celle des communautés-sources au sein des musées de société, remet en cause le modèle universaliste des institutions muséales. La participation a été promue dans le monde des musées principalement par l’écomuséologie et la “Nouvelle Muséologie” à partir des années 1970, poursuivant l’ambition d’une implication des musées dans le développement et l’éducation populaire de leurs territoires d’implantation.

Par la suite, la montée en puissance des volontés institutionnelles de démocratisation de la culture ont permis l’avènement d’une politique culturelle qui s’est davantage articulée autour de la prise en compte des besoins des publics des musées. Parallèlement à ce mouvement d’inclusion des publics, une critique universitaire émanant des études postcoloniales, féministes, et plus largement des études subalternes a émergé, à partir des années 1980, pour remettre en cause la neutralité du musée et son autorité. Ce sont ces lignes de forces, la pensée écomuséologique, les études critiques et les ambitions démocratiques qui se rangent aujourd’hui en faveur de la participation des communautés-sources au fonctionnement du musée.

Néanmoins, le réexamen de la définition des musées par l’ICOM en 2019 a fait émerger une opposition d’une partie de la communauté muséale à la participation des communautés. Il a notamment été reproché à la participation de mettre en péril la scientificité et la crédibilité des musées au profit d’une politisation du discours muséal. Cette situation a révélé un paradoxe entre l’ambition universaliste du musée et sa volonté d’inclure les paroles minoritaires au discours muséal.

Cette thèse s’intéresse aux expressions de cette contradiction et s’appuie sur l’examen des modalités de mise en place d’une démarche participative pour la conception d’une exposition, dédiée à l’histoire sociale et politique du VIH/sida, au Mucem. L’étude de cette démarche permet de mettre en exergue la manière dont ces valeurs peuvent s’opposer dans les pratiques. Cette contradiction vient ainsi interroger la posture des professionnel·le·s de musée comme le positionnement des institutions patrimoniales.

Résumé de la thèse en anglais

This thesis examines the way in which participation in museums, and more specifically that of source communities within society museums, challenges the universalist paradigm of museum institutions. Participation was promoted in the museum world mainly by ecomuseology and the “Nouvelle Muséologie” from the 1970s onwards, with the aim of involving museums in the development and popular education of the areas in which they were established.

Subsequently, the rise of the institutional desire to democratise culture led to the advent of a cultural policy that focused more on taking account of the needs of museum audiences. In parallel with this movement to include the public, academic criticism from postcolonial and feminist studies, and more broadly from subaltern studies, began to emerge in the 1980s, calling into question the neutrality and authority of the museum. These are the key forces, together with ecomuseological thinking, critical studies and democratic ambitions, that are today lining up in favour of the participation of source communities in the running of the museum.

Nevertheless, ICOM’s reexamination of the definition of museums in 2019 has given rise to opposition to community participation on the part of some members of the museum community. In particular, participation has been criticised for jeopardising the scientificity and credibility of museums in favour of politicising museum discourse. This situation has revealed a paradox between the museum’s universalist ambition and its desire to include minority voices in museum discourse.

This thesis looks at the ways in which this contradiction is expressed, examining how a participatory approach was put in place to design an exhibition at the Mucem dedicated to the social and political history of HIV/AIDS. The study of this approach highlights the way in which these values can clash in practice. This contradiction calls into question the stance of museum professionals and the positioning of heritage institutions.

COMPOSITION DU JURY
  • Rémi Astruc, CY Cergy Paris Université, directeur de thèse
  • François Mairesse, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, rapporteur
  • Anik Meunier, université du Québec à Montréal, examinatrice
  • Olivier Schinz, ville de Neuchâtel, co-encadrant de thèse
  • Émilie Sitzia, Maastricht university / University of Amsterdam, rapporteure


Citer ce billet
Solène Hazouard (2023, 30 novembre). Soutenance de Florent Molle. Carnet des doctorants d’Héritages. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nula

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search