Soutenance d’Anaïs Ferrer

 Frans Pourbus le Jeune (1569–1622), Buste d’Henri IV portant la croix du Saint-Esprit (1553-1610)“.

Anaïs Ferrer soutiendra sa thèse
le lundi 18 décembre 2023, à 12h,
à l’EPSS, 92 rue Notre-Dame des Champs, 75006 Paris.

TITRE DE LA THÈSE

Funérailles, cérémonial et rites funéraires d’Henri IV et de la famille royale proche (le duc d’Orléans, Marguerite de Valois, Marie de Médicis et Louis XIII) : le roi est mort, vive l’État

DIRECTEUR DE THÈSE

François Pernot, professeur à CY Cergy Paris Université et chercheur à Héritages

Résumé de la thèse

Le cérémonial funéraire qui suit la mort d’un roi se compose d’un ensemble d’étapes, appelées rites funéraires. Ces derniers débutent par l’exposition publique du corps où chacun peut venir se recueillir. Puis, les étapes de l’autopsie et de l’embaumement permettent de préserver le plus longtemps possible le corps royal de la putréfaction. Ces deux opérations sont pratiquées par les médecins et les chirurgiens du roi. Au cours de l’embaumement, le cœur du roi est extrait pour être donné à un lieu préalablement identifié par le monarque.

Se déroule ensuite l’exposition du cercueil et de l’effigie, mannequin de cire ressemblant au défunt. Elle représente le roi vivant couché sur un lit. Pour certains historiens , le mannequin est un substitut du corps qui permet une plus longue exposition du roi avant son inhumation sans portée politique. Pour d’autres, elle est une représentation politique de la continuité de la monarchie. Ce rite a entraîné l’apparition de pratiques comme celle de donner à manger au mannequin, comme si le roi était vivant.

Le convoi funèbre clôt l’ensemble de ces rites composant le cérémonial funéraire des rois de France. Il mène, dans un premier temps, le cadavre royal à la cathédrale Notre-Dame de Paris pour une messe, puis à la nécropole de Saint-Denis. Le corps est l’objet central de ce cérémonial.

À partir de l’exemple des rituels funéraires identifiés pour Henri IV, cette thèse met en évidence les continuités et les ruptures des rites funéraires, entre ceux de la période médiévale et ceux des temps modernes. L’année 1610 marque en effet un tournant dans l’histoire du cérémonial funéraire des monarques français, dans la mesure où s’opère un processus de simplification des rituels tels qu’ils avaient été établis depuis la mort de Charles VIII en 1498. À titre d’exemple, l’effigie représentant le monarque vivant est abandonnée, tout comme la cérémonie à Notre-Dame. Enfin, certaines funérailles de la famille d’Henri IV viennent alimenter la réflexion concernant ces changements funéraires : les exemples de sa première épouse répudiée, Marguerite de Valois, et de sa seconde épouse, Marie de Médicis, morte en exil à Cologne, ainsi que ceux de deux de ses fils, le duc d’Orléans, mort à l’âge de 4 ans, et le roi Louis XIII, son successeur mort de maladie. Tous ces précédents présentent des caractères particuliers, qui se retrouvent dans leurs rites funéraires.

RÉSUMÉ DE LA THÈSE EN ANGLAIS

The funeral ceremonial that follows the death of a king consists of a set of steps, called funeral rites. The latter begin with the public exhibition of the body where everyone can come and meditate. Then the autopsy and embalming stages make it possible to preserve the royal body from putrefaction for as long as possible. Both operations were performed by the king’s physicians and surgeons. During embalming, the king’s heart is extracted to be given to a place previously identified by the monarch.

This is followed by the exhibition of the coffin and the effigy, a wax mannequin resembling the deceased. It depicts the living king lying on a bed. For some historians, the mannequin is a substitute for the body that allows for a longer exposure of the king before his burial without political significance. For others, it is a political representation of the continuity of the monarchy. This rite led to the appearance of practices such as feeding the mannequin, as if the king were alive.

The funeral procession closes all these rites composing the funeral ceremony of the kings of France. It first takes the royal corpse to Notre-Dame de Paris cathedral for a mass, then to the necropolis of Saint-Denis. The body is the central object of this ceremony.

Based on the example of the funerary rituals identified for Henry IV, this dissertation highlights the continuities and ruptures of funerary rites between those of the medieval period and those of modern times. The year 1610 marked a turning point in the history of the funeral ceremonial of French monarchs, insofar as a process of simplification of the rituals as they had been established since the death of Charles VIII in 1498 took place. For example, the effigy depicting the living monarch was abandoned, as was the ceremony at Notre-Dame. Finally, some funerals of Henri IV’s family provide food for thought about these funeral changes: the examples of his repudiated first wife, Marguerite de Valois, and of his second wife, Marie de Medici, who died in exile in Cologne, as well as those of two of his sons, the Duke of Orléans, who died at the age of 4, and King Louis XIII, his successor died of illness. All these precedents have particular characteristics, which are reflected in their funeral rites.

COMPOSITION DU JURY
  • Philippe Charlier, université Paris Saclay, examinateur
  • Jérémie Ferrer-Bartomeu, université de Liège et université catholique de Louvain, examinateur
  • Paul-Alexis Mellet, université de Genèves, rapporteur
  • Concetta Pennuto, université de Tours, rapporteure
  • François Pernot, CY Cergy Paris Université, directeur de thèse


Citer ce billet
Solène Hazouard (2023, 8 décembre). Soutenance d’Anaïs Ferrer. Carnet des doctorants d’Héritages. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nulg

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search