Soutenance de Camille Crunchant

Camille Crunchant soutiendra sa thèse
le mercredi 20 décembre 2023, à 14h,
à l’EPSS, 92 rue Notre-Dame des Champs, 75006 Paris.

TITRE DE LA THÈSE

De “l’occupant” au voisin : une étude des relations entre civils et militaires dans l’espace lotharingien à l’époque moderne (1552-1815)

DIRECTEUR DE THÈSE

François Pernot, professeur à CY Cergy Paris Université et chercheur à Héritages

Co-dIRECTEUR DE THÈSE

Laurent Jalabert, université de Lorraine

RÉSUMÉ DE LA THÈSE

L’espace lotharingien, entre le XVIe et le XVIIIe siècle, occupe une position particulière et complexe. Cerné par deux puissants voisins, le royaume de France et le Saint-Empire romain germanique, le duché de Lorraine est soumis à leurs intrusions et à leurs ponctions territoriales, qui ne laissent guère de doutes sur leur volonté ultime : l’incorporer à leur propre domaine. “Zone tampon”, il est aussi, tout au long de la période, un lieu de conflits, renforcés par le manque de lisibilité d’une frontière fluctuante.

En 1766, la Lorraine est finalement rattachée à la France, dont le royaume s’étend désormais jusqu’au Rhin. Cette situation éminemment stratégique se traduit par une forte présence militaire, qu’il s’agisse de soldats en casernement ou de troupes de passage, et par autant de traces laissées dans les espaces urbains et dans les paysages. La Lorraine compte notamment plusieurs villes de garnison, dans lesquelles l’empreinte militaire s’inscrit à la fois dans l’organisation urbanistique, dans le patrimoine bâti, dans le vécu quotidien des citoyens et dans la mémoire collective. La mise en défense structure la ville, autour du développement de fortifications, de casernes, d’espaces d’entraînement, de magasins, d’écuries… Dans les paysages, on peut retrouver la trace de combats, des lignes de fortifications, et le marquage même de la frontière. Pour les habitants, c’est une charge financière, la confrontation à l’autre, un risque de frictions.

À partir du patrimoine militaire que nous a laissé cette période, il s’agit d’étudier la façon dont cette histoire s’est construite : traces tangibles, au travers des bâtiments ; empreintes mémorielles ; stabilisation d’une frontière marquée sur le terrain et visible sur les cartes.

RÉSUMÉ DE LA THÈSE EN ANGLAIS

Between the sixteenth and the eighteenth centuries, the Lotharingian space occupies a special and complex position. Surrounded by two powerful neighbours, the Kingdom of France and the Holy Roman Empire, the duchy of Lorraine is placed under their intrusions and territorial drains, which leave no doubt about their final will: to incorporate it in their own estate. A “buffer zone”, it is also, throughout this period, where the lack of visibility and the fluctuating border give rise to conflicts.

Finally, in 1766, Lorraine is annexed to France, whose kingdom now extends as far as the Rhine. This highly desirable situation is translated by a strong military presence, visible by soldiers in barracks or passing troops and traces left in urban spaces and landscapes. Lorraine has several garrison towns, in which the military footprint is part of the urban planning organization, the built heritage, the daily experience of citizens and the collective memory. The defense structures the city, around the development of fortifications, barracks, training areas, shops, stables… In the landscapes, we can find traces of fighting, fortifications lines and the very marking of the frontier. For the inhabitants, it is a financial burden, the confrontation with others and a risk of friction.

With this military heritage left by this period, we have to study in which way this history was built: concrete traces through buildings; memory prints; stabilization of a marked border in the field and visible on maps.

COMPOSITION DU JURY
  • Michel Boyer, université Internationale de Rabat (Maroc), examinateur
  • Laurent Jalabert, université de Lorraine, co-directeur de thèse
  • Roch Legault, Collège militaire royal Saint-Jean, rapporteur
  • Caroline Le Mao, université Bordeaux-Montaigne, rapporteure
  • François Pernot, CY Cergy Paris Université, directeur de thèse
  • Michèle Virol, université de Rouen, examinatrice


Citer ce billet
Solène Hazouard (2023, 8 décembre). Soutenance de Camille Crunchant. Carnet des doctorants d’Héritages. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nulj

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search