Les noirs de Pierre Soulages

Article co-rédigé par Pauline Hélou-de La Grandière, conservateur-restaurateur de peinture et doctorante (Héritages/INP/EUR Humanités, Création et Patrimoine)

Pauline Hélou-de La Grandière, Mathieu Thoury et Lionel Simonot
“Les noirs de Pierre Soulages”, 
Technè, n° 55, “Matières noires, sens et substances, 1”,  2023, p. 36-49

Commander le numéro

Texte intégral disponible en novembre 2024

Introduction de l’article

Bien que de nombreux travaux et ouvrages aient été consacrés à l’œuvre de Pierre Soulages, l’étude de ses noirs offre encore un champ d’exploration ouvert. Si les gestes et les outils de Soulages ont été décrits à de multiples reprises, sa technique picturale et les matériaux utilisés pour ses œuvres ont rarement été explicités. Le succinct panorama que nous proposons ici est construit sur la base de l’étude matérielle de plus de cent œuvres menée au cours d’interventions de conservation-restauration. Cette étude participe à la compréhension de l’œuvre, un élément central dans la démarche du conservateur-restaurateur, qui doit à la fois respecter les choix et l’intention artistique. Elle révèle également que le noir, d’abord utilisé pour ses qualités intrinsèques en tant que couleur, va peu à peu « disparaître » au profit de la lumière, à laquelle il offre une variété de reflets particuliers.

***

Ce numéro, paru mi-novembre, donne la parole à des chercheurs autour du thème du noir et de sa matérialité – plus précisément les matériaux et substances que recouvrent les dénominations génériques “matière noire”, “patine noire” ou “couleur noire”. Ces questions de matérialité interrogent, questionnent et surtout convoquent tous nos sens… et pas seulement la vue !

Ce thème se décline sur deux numéros de Technè, avec le n° 56, à paraître au printemps 2024.

Ce numéro, dont la préface est signée par Michel Pastoureau, est édité sous la direction scientifique d’Agnès Lattuati-Derieux (docteure et habilitée à diriger des recherches en chimie, spectrochimie et physico-chimie organique, chef du groupe Organique au département Recherche du C2RMF), Charlotte Ribeyrol (professeure en littérature britannique du 19ème à la Sorbonne) et Arlen Heginbotham (conservateur-restaurateur en Arts décoratifs et en sculpture au JP Getty Museum).

La première partie développe la relation nouée par les artistes avec le noir à travers l’analyse des œuvres d‘Adolph Gottlieb, Alexandre Rodtchenko ou Pierre Soulages.

 La seconde partie, centrée sur les matières noires dans l’art, conduit à s’interroger sur leurs compositions, leurs origines, le sens de leur utilisation. La fabrication de cette couleur ainsi que ses méthodes, la diversité des approches, des traditions et des savoir-faire y sont abordées au travers de différentes périodes de l’histoire et de périmètres géographiques variés.



Citer ce billet
Solène Hazouard (2023, 29 décembre). Les noirs de Pierre Soulages. Carnet des doctorants d’Héritages. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vezv

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search