Focus sur Raphaël Carbonne

Raphaël, tu es doctorant en histoire, rattaché à l’axe 3 du laboratoire Héritages, peux-tu nous parler de ton parcours ?

Mon amour de l’histoire médiévale remonte à l’enfance. J’ai eu la chance de grandir entouré de personnes qui ont favorisé mon accès à la culture. Après mon Bac S, je me suis inscrit en licence d’Histoire avec quelques doutes qui se dissipèrent rapidement. Je suis ensuite parti pour l’université Paris-IV Sorbonne, où j’ai travaillé sous la direction de Mme E. Crouzet-Pavan sur les messagers bourguignons, puis sur la communication politique des ducs de Bourgogne. Mon Master en poche, j’ai tenté, sans succès, d’intégrer l’Éducation nationale. J’ai alors décidé de faire une pause pour recentrer mes projets. C’est ainsi que j’ai rejoint l’équipe de la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale en tant qu’assistant à l’action pédagogique. Cette expérience m’a confirmé que la transmission du savoir et la recherche étaient ce à quoi je voulais dédier ma vie.

Ta thèse porte sur Georges de La Trémoille (1392-1446), pourquoi est-ce un cas intéressant pour ta recherche ?

Le cœur de mon sujet d’étude se trouve dans la question de la structuration des réseaux de pouvoir médiévaux. On pense trop souvent ceux-ci comme acquis, aboutissant à des lectures d’événements portées par des stéréotypes.

Afin de déterminer le fonctionnement de ces réseaux, il a fallu déterminer avec ma directrice de recherche, Mme Valérie Toureille, un point focal. Georges de La Trémoille est un cas quasiment idéal. Il sort totalement des cadres stéréotypés de la fin du Moyen Âge. C’est un piètre combattant, qui réussit avant tout en jouant sur des rapprochements et des trahisons. Malgré les aléas historiques, son chartrier familial a été assez bien conservé, fournissant une importante masse documentaire à laquelle s’ajoutent des sources dispersées dans de nombreux centres d’archives départementaux. Enfin, par son rôle politique, de nombreuses chroniques nous rapportent ses faits, pour le meilleur et surtout pour le pire.

Tu as également exprimé le souhait de vouloir réhabiliter ce personnage malmené par l’historiographie, peux-tu nous en dire plus ?

Georges de La Trémoille a subi les foudres des défendeurs de Jeanne d’Arc. Il a été accusé de l’avoir trahie en l’envoyant prendre le château de la Charité-sur-Loire en plein hiver. La réalité, comme souvent, est plus complexe. Sans La Trémoille, Jeanne d’Arc n’aurait jamais pu approcher Charles VII. Si la Charité était effectivement tenue par un ennemi personnel de La Trémoille, le rôle stratégique de cette place a trop souvent été négligé car elle constitue la tête de pont des forces anglaises, menaçant directement Bourges. Certes, La Trémoille avait de nombreux défauts, mais il est plus que temps qu’une œuvre biographique lui soit consacrée pour distinguer les actes de pure malveillance de ceux relevant de questions politiques complexes.

Sujet de thèse : Réseaux de pouvoirs, complots et conjurations à la cour de Charles VI et Charles VII : le cas de Georges de LA TREMOILLE (1392-1446), par Raphaël Carbonne, sous la dir. de Valérie Toureille.

Entretien réalisé par Vivien Barrière, maître de conférences en Histoire-Archéologie à CY Cergy Paris Université, chercheur et chargé de mission communication à Héritages.



Citer ce billet
Solène Hazouard (2022, 15 mars). Focus sur Raphaël Carbonne. Carnet des doctorants d’Héritages. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nuil

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search