Retraite de rédaction d’Anabelle Machou

À gauche : Portail d’entrée de l’abbaye de l’Ouÿe dans l’Essonne. © Marie-Lan Nguyen, CC BY 4.0 https://creativecommons.org/licenses/by/4.0, via Wikimedia Commons.
À droite : © Anabelle Machou.

Du 28 au 30 avril 2023, Anabelle Machou (doctorante d’Héritages) a participé à une retraite de rédaction organisée par l’association ParenThèse Île-de-France. Cet événement s’est tenu dans un cadre particulièrement ressourçant, l’abbaye Notre-Dame de l’Ouÿe, à Dourdan dans l’Essonne.

Continuer la lecture de « Retraite de rédaction d’Anabelle Machou »

Focus sur Sabine Méry

Tu viens de rejoindre l’UMR comme doctorante par le projet : comment ta thèse se lie-t-elle avec ton emploi ?

J’occupe actuellement les fonctions de responsable de la Mission archéologique départementale de l’Eure (MADE). Ce service, créé en 1996, regroupe aujourd’hui tant l’archéologie préventive, en amont des projets d’aménagement du département de l’Eure, que le site archéologique de Gisacum, situé au Vieil-Évreux, qui accueille à l’année le grand public et les scolaires, et organise chaque été des campagnes de fouilles programmées. Il s’agit d’un site archéologique majeur de l’Antiquité, une agglomération à vocation religieuse unique située à proximité de la capitale de cité d’Évreux. Aujourd’hui, dans le réseau des sites archéologiques, c’est un lieu également à mi-chemin entre Vieux-la-Romaine, Lillebonne, Avenches et Genainville.

Continuer la lecture de « Focus sur Sabine Méry »

Focus sur Camille Crunchant

Camille, tu es doctorante en histoire moderne de l’axe 3 du laboratoire Héritages, peux-tu nous parler de ton parcours ?

J’ai effectué mes études à l’université de Lorraine jusqu’au Master. C’est pendant la 2e année que mon choix d’entamer une thèse s’est affirmé, notamment autour de mon sujet de mémoire, qui a consisté à explorer les relations entre civils et militaires à Verdun à la fin de l’Époque moderne. Mais je ne me suis pas engagée directement en doctorat parce que je sentais bien que mon projet, même s’il commençait à se dessiner, n’était pas encore mûr ; ou, pour le dire autrement, que je n’étais pas encore prête à me lancer !

Continuer la lecture de « Focus sur Camille Crunchant »

Focus sur Céline Lafon

Céline Lafon, tu es doctorante de l’axe 2 d’Héritages, en Pratique et théorie de la création littéraire. Quel est ton parcours ?

Formée aux sciences naturalistes avec une majeure en botanique et en ornithologie, j’ai travaillé dans une réserve naturelle où j’effectuais de la médiation scientifique et des suivis faune et flore. Ces sorties ritualisées par les protocoles d’observation ont été autant d’occasions de réfléchir à l’articulation entre fiction et savoirs scientifiques. Une problématique qui se présentait à moi alors que j’écrivais une série policière où l’inspectrice utilisait ses compétences naturalistes pour résoudre ses enquêtes.

Continuer la lecture de « Focus sur Céline Lafon »

Focus sur Laura Bontemps

Quel a été ton parcours avant le doctorat ?

Il n’est pas linéaire ! Après deux ans d’histoire de l’art, une mise à niveau en arts appliqués (MàNAA) et un diplôme des métiers d’arts (DMA) en céramique, j’ai intégré l’Institut national du patrimoine au département des restaurateurs, section ‘sculpture’. En 2017, j’ai obtenu mon diplôme de conservatrice-restauratrice du patrimoine.

Continuer la lecture de « Focus sur Laura Bontemps »

Séjour de Nicola Lo Calzo à Bahia, Brésil

Caio with friends, Rua Edval Barreto, Quilombola community of Acupe, Bahia, 2022. © Nicola Lo Calzo

En juillet et août 2022, Nicola Lo Calzo (doctorant d’Héritages et du LaRA – ENSAPC) a effectué un second voyage dans l’État de Bahia au Brésil pour travailler sur son projet photographique et de recherche sur les communautés quilombolas de la baie de Tous les Saints.

Il adresse ses remerciements à la communauté d’Acupe pour lui avoir permis de travailler avec eux.

Pour plus d’informations, vous pouvez écrire à : contact[at]nicolalocalzo.com.

Villa Hispanica 2022

La photo publiée ci-dessous a été prise pendant l’école d’été doctorale “Arts visuels des mondes ibériques et ibéro-américains : regards croisés”, qui a eu lieu du 5 au 8 juillet 2022 à la Villa Hispanica, à Cogny.

Y apparaissent Julie Amiot-Guillouet (professeure à CY Cergy Paris Université et codirectrice d’Héritages) entourée de toutes ses doctorantes, Geoffroy Huard (maître de conférences à CY Cergy Paris Université et chercheur à Héritages), Maria Benedita Basto et Marianne Bloch-Robin (maîtresses de conférences à Sorbonne Université) ainsi que Philippe Merlo, président de la Villa Hispanica et professeur hispaniste à l’université de Lumière Lyon II. 

De gauche à droite au deuxième rang : Jimena Castañeda, Elcira Leyva Quintero, Mattea Trovato, Philippe Merlo, Camille Lecuyer, Maria Benedita Basto, Marianne Bloch-Robin, Julie Amiot-Guillouet, Geoffroy Huard. Au premier rang : Camila Melo, Agathe Bonnin.

Entretien autour du travail de Marina Skalova

Le 27 novembre 2020, Marina Skalova, écrivaine et doctorante d’Héritages, avait participé à une journée d’étude intitulée “Écrire la frontière”, à l’université d’Aix-Marseille.

Le numéro 14 / 2022 de la revue en ligne Malice constitue les actes de cette rencontre. Il comprend un entretien autour du travail de l’autrice, mené par Laëtitia Deleuze, doctorante du Centre interdisciplinaire d’étude des littératures d’Aix-Marseille (CIELAM). Cet article a pour titre : “Le texte est du côté de la tentative — comme la colère, celle-ci peut être désespérée, mais relève tout de même d’un flux vital.”

Lire l’entretien

En savoir plus sur Marina Skalova

Focus sur Mathilde Ayoub

Mathilde, tu es doctorante en Études patrimoniales de l’axe 1 du laboratoire Héritages, peux-tu nous parler de ton parcours ?

J’ai toujours oscillé entre la théorie et la pratique autour du champ artistique : lors de ma licence en histoire de l’art, à Paris I Panthéon Sorbonne, j’effectuais un long stage auprès d’une commissaire d’exposition. J’ai prolongé mon intérêt pour les arts en Master “Esthétique et théorie des arts et de la culture”, toujours à Paris I mais suivi à distance, alors que j’effectuais à Buenos Aires un programme réunissant artistes, commissaires d’exposition et critiques d’art. La mise en pratique éditoriale ou curatoriale des théories et de la recherche a toujours été fondatrice de ma pratique en tant que chercheuse. À cette période, j’ai réalisé des projets aux multiples formes : des expositions, des éditions, mais aussi des rencontres ou des podcasts, mêlant les disciplines. Après avoir développé ma pratique en tant que commissaire d’exposition indépendante, j’avais besoin de réintégrer la recherche dans mon champ d’action.

Continuer la lecture de « Focus sur Mathilde Ayoub »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search