Focus sur Sabine Méry

Tu viens de rejoindre l’UMR comme doctorante par le projet : comment ta thèse se lie-t-elle avec ton emploi ?

J’occupe actuellement les fonctions de responsable de la Mission archéologique départementale de l’Eure (MADE). Ce service, créé en 1996, regroupe aujourd’hui tant l’archéologie préventive, en amont des projets d’aménagement du département de l’Eure, que le site archéologique de Gisacum, situé au Vieil-Évreux, qui accueille à l’année le grand public et les scolaires, et organise chaque été des campagnes de fouilles programmées. Il s’agit d’un site archéologique majeur de l’Antiquité, une agglomération à vocation religieuse unique située à proximité de la capitale de cité d’Évreux. Aujourd’hui, dans le réseau des sites archéologiques, c’est un lieu également à mi-chemin entre Vieux-la-Romaine, Lillebonne, Avenches et Genainville.

Continuer la lecture de « Focus sur Sabine Méry »

Focus sur Camille Crunchant

Camille, tu es doctorante en histoire moderne de l’axe 3 du laboratoire Héritages, peux-tu nous parler de ton parcours ?

J’ai effectué mes études à l’université de Lorraine jusqu’au Master. C’est pendant la 2e année que mon choix d’entamer une thèse s’est affirmé, notamment autour de mon sujet de mémoire, qui a consisté à explorer les relations entre civils et militaires à Verdun à la fin de l’Époque moderne. Mais je ne me suis pas engagée directement en doctorat parce que je sentais bien que mon projet, même s’il commençait à se dessiner, n’était pas encore mûr ; ou, pour le dire autrement, que je n’étais pas encore prête à me lancer !

Continuer la lecture de « Focus sur Camille Crunchant »

Focus sur Céline Lafon

Céline Lafon, tu es doctorante de l’axe 2 d’Héritages, en Pratique et théorie de la création littéraire. Quel est ton parcours ?

Formée aux sciences naturalistes avec une majeure en botanique et en ornithologie, j’ai travaillé dans une réserve naturelle où j’effectuais de la médiation scientifique et des suivis faune et flore. Ces sorties ritualisées par les protocoles d’observation ont été autant d’occasions de réfléchir à l’articulation entre fiction et savoirs scientifiques. Une problématique qui se présentait à moi alors que j’écrivais une série policière où l’inspectrice utilisait ses compétences naturalistes pour résoudre ses enquêtes.

Continuer la lecture de « Focus sur Céline Lafon »

Focus sur Laura Bontemps

Quel a été ton parcours avant le doctorat ?

Il n’est pas linéaire ! Après deux ans d’histoire de l’art, une mise à niveau en arts appliqués (MàNAA) et un diplôme des métiers d’arts (DMA) en céramique, j’ai intégré l’Institut national du patrimoine au département des restaurateurs, section ‘sculpture’. En 2017, j’ai obtenu mon diplôme de conservatrice-restauratrice du patrimoine.

Continuer la lecture de « Focus sur Laura Bontemps »

Entretien autour du travail de Marina Skalova

Le 27 novembre 2020, Marina Skalova, écrivaine et doctorante d’Héritages, avait participé à une journée d’étude intitulée “Écrire la frontière”, à l’université d’Aix-Marseille.

Le numéro 14 / 2022 de la revue en ligne Malice constitue les actes de cette rencontre. Il comprend un entretien autour du travail de l’autrice, mené par Laëtitia Deleuze, doctorante du Centre interdisciplinaire d’étude des littératures d’Aix-Marseille (CIELAM). Cet article a pour titre : “Le texte est du côté de la tentative — comme la colère, celle-ci peut être désespérée, mais relève tout de même d’un flux vital.”

Lire l’entretien

En savoir plus sur Marina Skalova

Focus sur Mathilde Ayoub

Mathilde, tu es doctorante en Études patrimoniales de l’axe 1 du laboratoire Héritages, peux-tu nous parler de ton parcours ?

J’ai toujours oscillé entre la théorie et la pratique autour du champ artistique : lors de ma licence en histoire de l’art, à Paris I Panthéon Sorbonne, j’effectuais un long stage auprès d’une commissaire d’exposition. J’ai prolongé mon intérêt pour les arts en Master “Esthétique et théorie des arts et de la culture”, toujours à Paris I mais suivi à distance, alors que j’effectuais à Buenos Aires un programme réunissant artistes, commissaires d’exposition et critiques d’art. La mise en pratique éditoriale ou curatoriale des théories et de la recherche a toujours été fondatrice de ma pratique en tant que chercheuse. À cette période, j’ai réalisé des projets aux multiples formes : des expositions, des éditions, mais aussi des rencontres ou des podcasts, mêlant les disciplines. Après avoir développé ma pratique en tant que commissaire d’exposition indépendante, j’avais besoin de réintégrer la recherche dans mon champ d’action.

Continuer la lecture de « Focus sur Mathilde Ayoub »

Focus sur Juliette Passilly

Juliette, tu es doctorante en cotutelle avec l’université du Québec à Montréal et CY. Peux-tu nous parler de ton parcours ?

D’une formation initiale en pratiques des arts, je me suis ensuite réorientée vers la théorie des arts et l’histoire de l’art. Je me suis rapidement intéressée à la perception des objets, ses phénomènes et ses effets, ainsi qu’aux stratégies de création, diffusion et valorisation, tant dans les créations artistiques que dans la création de patrimoine. Mon lien avec le Canada a émergé grâce à mon travail de master à l’université de Tours, portant sur la reconversion des églises et le rapprochement avec la littérature québécoise, notamment les incontournables travaux de Luc Noppen et Lucie K. Morisset sur le sujet. En y interrogeant les méthodes actuelles de réhabilitation de ce patrimoine, ce travail m’a permis une première approche comparative des politiques publiques culturelles et patrimoniales. À la suite de l’échange universitaire en maîtrise de muséologie à l’université du Québec à Montréal lors de la dernière année de master, la poursuite de ce programme dans le cadre du doctorat en muséologie, patrimoine et médiation m’ouvrait la voie pour approfondir mes recherches de mémoire, non plus sur la réhabilitation à échelle d’un bâtiment, mais sur la requalification territoriale.

Continuer la lecture de « Focus sur Juliette Passilly »

Focus sur Jean-Paul Lawson

Jean-Paul, tu es doctorant de l’axe 1 d’Héritages, peux-tu nous parler de ton parcours ?

Originaire du Bénin en Afrique de l’Ouest, j’ai obtenu une licence professionnelle en Archivistique avant de m’expatrier en Égypte où j’ai décroché un Master en Gestion du Patrimoine Culturel. Fils d’enseignants, j’ai depuis mon plus jeune âge toujours exprimé ce vœu de transmettre le savoir. Enseigner est devenu une évidence lorsque j’ai commencé à donner des formations sur l’usage des outils numériques auprès des étudiants fréquentant les campus numériques de l’Agence Universitaire de la Francophonie au Bénin et en Égypte. Les retours des étudiants m’ont poussé à continuer dans cette quête : me former pour devenir enseignant à l’université. En terminant un second master européen en Histoire des Techniques et Patrimoine Industriel à la Sorbonne, et ayant déjà mon projet de thèse, j’ai contacté Cécile Doustaly qui, depuis octobre 2020, encadre mes travaux de recherche en Études Patrimoniales à CY Cergy Paris Université.

Continuer la lecture de « Focus sur Jean-Paul Lawson »

Focus sur Raphaël Carbonne

Raphaël, tu es doctorant en histoire, rattaché à l’axe 3 du laboratoire Héritages, peux-tu nous parler de ton parcours ?

Mon amour de l’histoire médiévale remonte à l’enfance. J’ai eu la chance de grandir entouré de personnes qui ont favorisé mon accès à la culture. Après mon Bac S, je me suis inscrit en licence d’Histoire avec quelques doutes qui se dissipèrent rapidement. Je suis ensuite parti pour l’université Paris-IV Sorbonne, où j’ai travaillé sous la direction de Mme E. Crouzet-Pavan sur les messagers bourguignons, puis sur la communication politique des ducs de Bourgogne. Mon Master en poche, j’ai tenté, sans succès, d’intégrer l’Éducation nationale. J’ai alors décidé de faire une pause pour recentrer mes projets. C’est ainsi que j’ai rejoint l’équipe de la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale en tant qu’assistant à l’action pédagogique. Cette expérience m’a confirmé que la transmission du savoir et la recherche étaient ce à quoi je voulais dédier ma vie.

Continuer la lecture de « Focus sur Raphaël Carbonne »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search