Patrimoine culturel africain et développement durable en Afrique subsaharienne : état de la recherche et contributions des sciences sociales

© Aperçu de la page d’accueil du portail “Afrik’Ifa”, Jean-Paul Lawson. 2022.

Compte rendu de l’atelier international rédigé par Jean-Paul Lawson, doctorant d’Héritages et de l’INP

Organisé par le Laboratoire de recherche sur le patrimoine et le développement durable (LR/PDD) de l’Institut des sciences des sociétés (INSS) de l’université Joseph Ki-Zerbo, sous la responsabilité de Vincent Sedogo (directeur du LR/PDD), en partenariat avec le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l’UMR 9022 Héritages (CY Cergy Paris Université/CNRS/ministère de la Culture), cet atelier international s’est tenu du 14 au 17 juin 2022 à l’INSS, sous l’égide du Centre national de la recherche scientifique et technique (CNRST) du Burkina-Faso.

Continuer la lecture de « Patrimoine culturel africain et développement durable en Afrique subsaharienne : état de la recherche et contributions des sciences sociales »

L’ironie dans la fiction documentaire : un renouvellement de l’engagement littéraire ?

Perspectives de la recherche-création sur les fictions d’Emmanuelle Pireyre

Article rédigé par Stéphanie Arc, doctorante d’Héritages

Publié dans la revue Carnets
DEUXIÈME SÉRIE – 23 | 2022
(In) actualité de l’ironie dans la prose d ‘expression française (2010-2020)

Cet article fait suite à un colloque organisé en juin 2021 à l’Université Jean Monnet (ECLLA) de Saint-Étienne.

Lire l’article

Continuer la lecture de « L’ironie dans la fiction documentaire : un renouvellement de l’engagement littéraire ? »

“Francia-Colombia: miradas cruzadas” de Luisa Ballesteros Rosas (dir.) : d’un cheminement historique à une interprétation littéraire des relations franco-colombiennes

Compte rendu de lecture rédigé par Jean-Philippe Saby, doctorant de l’UMR 9022 Héritages

Résumé. — Penser une relation profonde entre la France et la Colombie qui s’élève au-delà des relations internationales usuelles peut paraître paradoxal, au regard de leur éloignement géographique et linguistique. Or un simple retour sur leur passé permet de comprendre que, même si elle est encore méconnue, ces deux pays partagent une longue et riche histoire de plus de deux siècles. La France et la Colombie manifestent une admiration réciproque et une proximité évidente qui ont fait l’objet du présent ouvrage.

Mots clés. — France, Colombie, relation, Amérique latine, Francia-Colombia: miradas cruzadas

Continuer la lecture de « “Francia-Colombia: miradas cruzadas” de Luisa Ballesteros Rosas (dir.) : d’un cheminement historique à une interprétation littéraire des relations franco-colombiennes »

Entretien avec Philippe Forest – par Sabeur Sacrafi, doctorant d’Héritages

Sabeur Sacrafi : Philippe Forest, vous êtes professeur de littérature française à l’université de Nantes, critique littéraire et romancier. Votre œuvre a été couronnée par plusieurs prix littéraires tels que le prix Fémina du premier roman (pour L’enfant éternel), le prix Grinzane Cavour (pour Toute la nuit) et le prix Décembre (pour Sarinagara).

Vous avez commencé l’écriture romanesque juste après la mort de votre fille Pauline à l’âge de quatre ans des suites d’un cancer. Ma première question porte justement sur le lien entre cet événement et votre entreprise romanesque. Peut-on affirmer que vous devez votre naissance littéraire à la mort de votre enfant ?

Philippe Forest : Certainement. Je l’ai dit dans mon premier roman, L’enfant éternel. Et cette conviction est encore la mienne aujourd’hui. Si j’écris, si je continue à écrire, c’est en raison de cet événement auquel se rapporte, directement ou indirectement, tout ce que disent mes livres. Je ne sais pas, cependant, si je parlerais de « naissance littéraire ». L’adjectif « littéraire » limite trop l’expérience en question où le souci de la littérature était assez accessoire. Quant au mot « naissance » ─ surtout si on l’associe à celui de « mort » ─, il donne à penser qu’une vie disparaît pour qu’une autre apparaisse. Or jamais un livre ne remplace une personne réelle, la création de l’un ne contrebalance aucunement la destruction de l’autre.

Continuer la lecture de « Entretien avec Philippe Forest – par Sabeur Sacrafi, doctorant d’Héritages »

Compte rendu du séminaire « Littératures du monde » du 24 juin 2021

Intervention de Nouranne Fahim, doctorante d’Héritages, dans le cadre des séminaires informels de DocHéritages

Compte rendu rédigé par Anabelle Machou, doctorante d’Héritages

Le 24 juin 2021, le laboratoire des doctorants DocHéritages a inauguré ses « séminaires informels », avec une séance portant sur les Littératures du monde. À cette occasion, Nouranne Fahim – doctorante en 4e année sous la direction de Claude Coste (professeur à CY Cergy Paris Université) – nous a donné un aperçu global de sa thèse et de l’avancement de ses recherches, nous permettant de voyager à travers les littératures du Machrek et du Maghreb.

Continuer la lecture de « Compte rendu du séminaire « Littératures du monde » du 24 juin 2021 »

L’écriture labyrinthique comme espace d’échanges culturels et spirituels dans la littérature tunisienne d’expression française

Le cas du roman Phantasia, d’Abdelwahab Meddeb

Article rédigé par Nouranne Fahim, doctorante de l’UMR 9022 Héritages

Résumé. — L’écriture labyrinthique signifie une sortie hors de soi, au risque de se perdre complètement. Le labyrinthe assume l’incapacité à garder en mémoire et à mettre en discours la continuité des lignes. Toute limite n’est qu’une porte dissimulant un autre aspect. Cette écriture constitue un espace de représentation à la hauteur de l’existence complexe que Meddeb tente de décrire dans Phantasia, roman rédigé en 1986 illustrant le chevauchement entre un voyage réel et un voyage imaginaire pastichés d’Ibn Arabi et de Dante. Abdelwahab Meddeb y tente de représenter ce qui n’est pas représentable ou absent de la réalité objective. Il y met en évidence la frontière confuse entre le concevable et l’inconcevable, entre le visible et l’invisible. Dans Phantasia, la discontinuité est intégrée en tant que principe et élément constitutif. Ce roman, considéré comme une Babel des cultures, représente une pensée en mouvement car Meddeb erre entre les croyances, les civilisations et les langues. Cet article cherche à mettre en évidence les causes de l’écriture fragmentaire chez Abdelwahab Meddeb,ainsi que la façon dont il présente cette écriture dans Phantasia.

Mots Clés.— labyrinthe, syncrétisme, spiritualité, cultures, emprunts, mystique

Continuer la lecture de « L’écriture labyrinthique comme espace d’échanges culturels et spirituels dans la littérature tunisienne d’expression française »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search